Wolf Temporal
Bonjour et bienvenue sur Wolf Temporal Invité ! Si vous avez la moindre question n'hésitez pas, le staff est toujours disponible et a votre écoute. Surtout amusez vous bien et surtout que le rp soit avec vous !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'été persiste sur les territoires Temporaliens, pour le plus grand plaisir des loups habitant ces terres. Uniquement chez les Améthystes, la chaleur n'est pas au rendez-vous, et les températures ne dépasseront pas les 20°C. Pour tous les autres territoires, soit les Saphirs, Rubis, Émeraudes et Diamants, les températures dépasseront largement le seuil des 30°C, alors ne restez pas exposés au soleil trop longtemps!

Partagez| .

Libre comme le vent, sombre comme la nuit || LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Django


As ♠


As ♠
avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 814
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 20
Localisation : De l'autre côté du tableau... Chez les fous x3

MessageSujet: Libre comme le vent, sombre comme la nuit || LIBRE Mar 22 Oct - 21:31


Django avait continué son chemin comme le vagabond qu'il était. Il avait entendu certain loups parler, apparemment, il était sur les terres d'une meute nommée Améthyste. Étrange nom. Il regarda autour de lui, le regard sévère comme si il était en train de jugé le paysage comme Dieu jugeant un pêcheur. Il faisait nuit noir, le brouillard était tombé et de grande bourrasque glacé faisait plier le tronc des arbres les plus fin. Le loup tricolore leva la tête vers le ciel, pas une étoile, ni même la lune. Il y avait tellement de nuage qu'on ne voyait qu'une espèce de bouillasse grise et cotonneuse si seulement on arrivait à percer ce brouillard. Il baissa la tête et poussa un profond soupir.

Django se remis en marche et passa devant une étrange chose. Comme une roche tailler et d’apparence creuse. Décidément, il n'y avait que des choses bizarres ici! Et cette fois si, exceptionnellement, il était curieux. Ca ne lui ressemblait pas trop de faire des détoure mais cette chose qui ne pouvait être que créée par la main de l'homme l'intriguait, il en avait déjà vue bon nombre en passant près des regroupements d'humains mais il n'était jamais entré dedans et pour une étrange raison, ça le démangeait. Il fronça les sourcil et s'approcha lentement du bâtiment. Il se plaça devant la porte, l'observant attentivement puis la renifla. Du bois. Il posa sa patte dessus et donna une légère impulsion qui fit pivoter la porte, laissant vue sur un endroit clos. Il s'aventura à l'intérieur puis une bourrasque referma la porte dans un claquement brutale. Django se retourna près à attaquer mais, remarquant qu'il n'y avait rien, ce redressa. il se retourna de nouveau pour être dos à la porte et observa les environs. Il faisait un peu plus chaud qu'à l'extérieur mais on s'entait quand même le froid. Tout ici sentait la poussière et l'ancien, on entendait des sifflement dût au vent qui soufflait et la maison craquait d'un peu partout.

Le loup tricolore fit quelque pas dans le bâtiment et vit devant lui, une pile de morceau de bois parfaitement empiler, d'une façon régulière et étrangement lisse. Il posa la patte sur la première marche puis la retira. Son empreinte était apparut dessus comme si il l'avait posée dans une flaque de boue qui sortait fraîchement d'une grosse pluie. Il regarda derrière lui et remarqua qu'il avait laisser ses empreintes depuis le seuil de la porte. Il haussa les épaule, enfin, autant qu'un loup puisse le faire, et monta les escaliers.

Un fois en haut, il s'engagea dans le couloir et s'engouffra dans une pièce dont la porte était entre-ouverte. Il jeta un regard circulaire de la pièce et s'arrêta sur le lit qui trônait dans le fond de la pièce. Il ne savait pas ce que c'était mais bon. Il s'approcha de cette chose et l'examina attentivement. Il la renifla, la toucha du bout du nez, puis de la pattes puis il sauta dessus. Il fit deux trois tours sur lui même, remarquant a quel point la matière sur laquelle il se trouvait était molle. Il si allongea et regarda de nouveau autour de lui. La maison craquait toujours comme si elle pouvait se mouvoir et les volet de la chambre claquait à s'en briser. Django posa sa tête sur ses pattes, soulevant de la poussière à chaque expiration. Il ferma les yeux et attendit, les rouvrant de temps à autre, relevant parfois la tête pour observer, sentir ou écouter ce qu'il se passait au alentour.
Revenir en haut Aller en bas

Libre comme le vent, sombre comme la nuit || LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le café doit être noir comme l'enfer, fort comme la mort et doux comme l'amour. [Tous]
» Quand le vent siffle dans les montagnes...
» Belle comme une rose. Fatale comme ses épines ___ Kimberly
» Ambre libre comme le vent ! |Indien
» ( Diarie) Je suis libre comme le vent ( rp fini !!) :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Temporal ::  :: Manoir Hanté-