Wolf Temporal
Bonjour et bienvenue sur Wolf Temporal Invité ! Si vous avez la moindre question n'hésitez pas, le staff est toujours disponible et a votre écoute. Surtout amusez vous bien et surtout que le rp soit avec vous !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'été persiste sur les territoires Temporaliens, pour le plus grand plaisir des loups habitant ces terres. Uniquement chez les Améthystes, la chaleur n'est pas au rendez-vous, et les températures ne dépasseront pas les 20°C. Pour tous les autres territoires, soit les Saphirs, Rubis, Émeraudes et Diamants, les températures dépasseront largement le seuil des 30°C, alors ne restez pas exposés au soleil trop longtemps!

Partagez| .

J'ai toujours cru que rien n'était aussi grand que le fossé qui nous séparait. Et pourtant. ‡ Izobel & Keane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Azazel

Iron Fifu King and Boss.
avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 1065
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Vers l'infini et au-délà.

MessageSujet: J'ai toujours cru que rien n'était aussi grand que le fossé qui nous séparait. Et pourtant. ‡ Izobel & Keane. Sam 24 Aoû - 11:37


Izobel   FT.   Keane.

Aujourd'hui, tu t'étais mise en tête de chasser. Rien ne valait sentir ses membres brûler et sa respiration sifflante et coupante s'engouffrer dans ses poumons agités. Pas même ces longs soirs de stratégie ne sauraient te rendre pareille impression. Ressentir ses lourds coussinets marteler le sol, dur ou meuble selon la météo du jour, et regarder alentour les proies qui s'effarouchent comme si elles couraient un réel danger. Elles avaient raison, car, même un lupin seul pourrait leur infliger bien des blessures. Même aux gros gibier. D'ailleurs, le Terrain de Chasse des Améthystes regorgeait de proies variées. Ce dernier devait être l'endroit le mieux fourni au niveau des herbivores de tout Temporal. Et, il fallait bien dire que tu en gardais une fierté toute particulière. C'était un endroit dont tu pouvais te vanter la tête haute et sans risquer de représailles. Malheureusement, ce que tu venais de t'imposer toi-même t'en empêchait. En effet, tu refusais que l'information qu'un nouveau dominant - ou plutôt dominante - avait été élu passe les frontières des terres que tu devais à présent, non seulement protéger, comme ton ancien poste de Garde te l'obligeait, mais aussi diriger. Après tant de périodes de troubles, les Améthystes s'étaient enfin décidés à élire, encore, un autre Alpha. Cependant, tu savais à quel point reproduire les mêmes erreurs que tes prédécesseurs te serait fatal. A ta grande surprise, leurs choix s'étaient en majorité portés sur toi, t'élevant à la tête d'un clan autrefois influant. Néanmoins, avec le mental des loups qui consolidaient la meute, tu ne te faisais pas trop de soucis pour, qu'à nouveau, elle se fasse aussi craindre que jadis. Si ce n'est plus. Il leurs suffisaient simplement d'avoir de bons plans d'attaque et d'une stratégie impartiale. Les qualités comme la soif de reconnaissance et de pouvoir de certains feraient le reste. Pour l'instant, la meute était dissipée, pensait pouvoir frapper où elle voulait pour que cela fasse mal. Ta première mission serait de leur octroyer une vengeance bien méritée sur les Rubis. Ces derniers l'avaient amplement mérité : ils avaient déstabilisé le clan qui menait une période difficile en se prenant à l'ancienne dominante, qui fut retrouvée morte un jour, baignant dans son sang à moitié absorbé par le sol. Les Violets méritaient que justice soit faite à leur manière. Et tu te sentais bien plus concernée que tu n'aurais souhaité l'avouer. Ton coeur criait lui aussi vengeance mais pour une toute autre affaire. Cependant, tu avais pris la décision de mettre de côté tes différents personnels au profit des loups que tu te devais de diriger à présent. Et, bien que reticente au début, tu t'étais fait une raison et avais temporairement mis de côté le passé afin d'aller de l'avant.

Une fine pluie s'amoncele lentement sur la terre sèche et les tiges éparses que sont les alentours du Terrain de Chasse. De là où tu es, rien n'as de secret pour toi. Tu vois tout. Juchée avec élégance, pour une fois, sur un rocher élevé et immergeant du sol à la manière d'un iceberg, tu observes d'un oeil appréciateur ce qu'est un bout de tes terres. Un corps sans vie gise à terre, melant son cadavre aux herbes sèches mais mouillées et à la terre. C'est un petit marcassin que tu as chassé un peu plus tôt, poursuivant sa mère avant de te rabattre sur le petit. Lâche ? Non, juste le règne animal. Au loin, un troupeau d'équidés paisse tranquillement, indifférent au pseudo déluge qui a déjà fait fuir plus d'un chasseur étant venu chercher pitance ici-même. Au moins, pouvait-on accorder ce mérite aux herbivores : imperturbables, rien ne semblait pouvoir les arrêter lorsqu'ils se nourissaient. Si ce n'est le danger d'une mort imminente. Il est midi, et pourtant le soleil n'as pas pointé une seule fois le bout de son nez. Pas un clair rayon ne peut passer ces cumulus cotonneux qui forment comme une barrière entre la Terre et le Ciel. Une goutte de plus vient s'écraser dans tes poils blancs qui ont virés au gris foncé avec l'eau. Cela fait plus d'une heure que tu te prélasse sous la pluie, à te jouer de ses tombées comme certains se détendraient sous les rayons du soleil. Te complaisant dans l'humidité croissante, ton pelage te venant des plains du Nord où le froid règne en maître tout le long de l'année, tu seras capable de rester des heures sans bouger sous un déluge. D'ailleurs, seuls ces derniers peuvent te procurer de ce que tu raffoles le plus : la boue. Certes, il n'est pas très gracieux de la part d'une dominante d'avoir l'envie de macculer sa robe blanche, mais cela n'est en rien un complexe pour toi. Baissant les yeux sur le sol, tu attends patiemment l'instant où le sol sec aura étanché sa soif et régurgitera ce qu'il ne pourra plus avaler en son sein, créant moult flaques et de la vase à profusion. Les muscles détendus, tes battements de coeur lents, tu finis par fermer les yeux avant que la fatigue de ces derniers jours ne t'emporte dans le pays des songes, là où tout est calme et blanc. Comme d'antan.
Revenir en haut Aller en bas
Cléo

Lost Girl.
Administratrice Générale.



Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 5796
Date d'inscription : 15/08/2012
Age : 19

MessageSujet: Re: J'ai toujours cru que rien n'était aussi grand que le fossé qui nous séparait. Et pourtant. ‡ Izobel & Keane. Lun 26 Aoû - 16:40


Izobel



Est-ce qu'être adulte signifie être mâture? C'est la question qui en ce moment n'arrête pas de me tarauder. Et à chaque fois j'en reviens au même point : la maturité s'acquiert au fil des expériences que nous vivons. Suis-je mâture? Je n'en sais strictement rien. Mais s'il y a bien une chose dont je suis certaine, c'est la suivante : je suis magnifique. Tous les mâles que vous rencontrerez pourront vous le confirmer. Avant, lorsque je n'étais qu'une enfant de sept mois environs, je ne voulais pas chasser quoique ce soit, même la plus petite des proies de peur de salir et de froisser mon si beau pelage d'ébène. Mais maintenant, j'ai compris que je peux faire ce que je veux avec mon pelage noir, rien ne se remarquer si ça n'est une étrange sensation que je discerne à peine. Ces deux dernières années étaient passées bien plus vite que je ne l'aurais cru. A l'âge d'un an, comme tout louvard de la meute Améthyste, j'étais devenue apprentie. Seulement, ce fut la période où j'avais perdu mon père Serguei, l'ex dominant Améthyste, alors je ne savais pas vers quoi m'orienter exactement. Dans tous les cas, je voulais un grade important, et mon choix se portait soit sur assassin, soit élite, ou soit garde. J'avoue que si je n'avais pas été prise dans l'un de ces trois postes j'en aurais été malade... mais ce ne fut pas le cas, bien au contraire. Durant un an, j'eus testé les trois postes, et ce n'est qu'à l'aube de mes deux ans que l'on m'indiqua le rang que j'allais occuper désormais au sein de la meute. Tous mes espoirs se tournaient vers le rang d'assassin. Cela devait être tellement de tuer d'innombrables loups pour le plus grand bonheur de la meute. Malheureusement pour moi, tout s'effondra lorsque l'on m'indiqua que j'étais désormais garde. C'était tout de même mon deuxième choix mais il était vrai que j'aurais voulu avoir ce que je convoitais, et qui s'était envolé en l'espace d'une poignée de secondes seulement. Mais au fur et à mesure que les mois passèrent, j'avais pris goût à ce nouveau poste, bien plus que je ne l'aurais imaginé.
Aujourd'hui, un nouveau jour se lève sur les territoires Améthystes alors qu'une mauvaise journée s'annonce. Encore. Déjà hier, la pluie avait fait rage toute la journée sans prendre une seule minute de répit. Sous la pluie, j'avais fait mon tour de garde sans broncher, sans râler ne serait-ce qu'une fois, ce qui est, rappelons-le, un exploit pour ma petite personne. Résultat, j'étais rentrée chez moi trempée de la tête aux pattes, et il m'avait fallu plusieurs heures avant que mon pelage ne sèche. Hier, c'était au manoir hanté que j'avais fait ma ronde. Aujourd'hui, c'était au terrain de chasse qu'elle s'exécutait et il fallait préciser que la faim me taraudait. Lorsque j'arrivai sur place, il était aux alentours de midi et une pluie venait s'immiscer sur les territoires, faisant fuir les éventuelles proies que j'avais repérées. Dressée en haut d'une colline, j'observais les moindres faits et gestes dans les alentours afin de m'assurer qu'il n'y avait rien d'anormal par ici. C'est alors que je repérai une silhouette blanche semblant se pavaner sur les territoires. La nouvelle dominante, Jeanne. Keanne. Non, Keane. C'était bien cela. Je n'avais encore jamais eu l'occasion de la rencontrer, mais on m'avait longuement parlée d'elle, ce qui en devenait lassant. Je descendis la colline en trottinant, allant à sa rencontre. Je me postai devant elle, mon visage ne laissant transparaître aucune émotion.

    ▬ « Bonjour Jeanne! Keane. Mais bon c'est pareil. La pêche est bonne? »

Revenir en haut Aller en bas
http://wolftemporalv2.forumgratuit.org/

J'ai toujours cru que rien n'était aussi grand que le fossé qui nous séparait. Et pourtant. ‡ Izobel & Keane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Azar frappe toujours deux fois ! [Pv Senroji Raiki]
» Nous sommes tous des enfants, il n'y a que le prix des jouets qui change
» Lidia Faith Columbus - J'suis le genre de personne qui va s'enfermer dans la salle de bain, qui va pleurer toutes les larmes de son corps, et en ressortir comme si rien n'était.
» (Terminée) Emily Price → "Les Irlandais ont donné une cornemuse aux Ecossais pour leur faire une blague mais les Ecossais n’ont toujours pas compris que c’était une blague."
» Pour ceux qui n'ont toujours rien compris à Matrix ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Temporal :: Archives RP-