Wolf Temporal
Bonjour et bienvenue sur Wolf Temporal Invité ! Si vous avez la moindre question n'hésitez pas, le staff est toujours disponible et a votre écoute. Surtout amusez vous bien et surtout que le rp soit avec vous !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'été persiste sur les territoires Temporaliens, pour le plus grand plaisir des loups habitant ces terres. Uniquement chez les Améthystes, la chaleur n'est pas au rendez-vous, et les températures ne dépasseront pas les 20°C. Pour tous les autres territoires, soit les Saphirs, Rubis, Émeraudes et Diamants, les températures dépasseront largement le seuil des 30°C, alors ne restez pas exposés au soleil trop longtemps!

Partagez| .

Les Furets de Paris. Histoire inventée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Pinky

҉ βιuϵ ωαιε ҉
Little Pink Lollipop

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 2102
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 18
Localisation : Là où tu n'es pas. :3

MessageSujet: Les Furets de Paris. Histoire inventée. Jeu 22 Aoû - 19:41

Coucou ~

Je vous présente mon histoire que j'ai inventée, intitulée Les Furets de Paris J'aimerai que vous ne postiez pas de message dans cette partie, je créerais un sujet spécial pour ça. :3 J'espère que cela vous intéressera et que vous apprécierez de lire x3

Enjoy ! Very content. o/
Revenir en haut Aller en bas
http://legends-of-wolves.forumactif.org/
Pinky

҉ βιuϵ ωαιε ҉
Little Pink Lollipop

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 2102
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 18
Localisation : Là où tu n'es pas. :3

MessageSujet: Re: Les Furets de Paris. Histoire inventée. Jeu 22 Aoû - 19:44

¶ Les furets de Paris ¶


Prologue.

Dans une ruelle de Paris, en cette sombre soirée maussade, le calme régnait. L’on ne pouvait qu’entendre les chiens du voisinage aboyer dans les ruelles, des ruelles où seuls les trois furets, ainsi étaient-ils surnommés pour leur rapidité et leur agilité inouïe, étaient réputées pour les vols que ceux-ci causaient, par leur manque d’argent. Effectivement, dès leur plus jeune enfance, ils ne pouvaient rester au Maroc, car leurs parents étaient en manque d’argent. Alors, il était préférable de les rapatrier en France, là où était considéré le Pays le plus riche et surtout le plus proche de leur pays Natal. Les trois furets, des jumeaux âgés de quinze ans aujourd’hui aussi appelés par leur vraie identité Zaïm, Taïma et Morgan, ne faisaient hélas que de vivre dans l’obscurité, dans la pénombre et le désolement. En effet, depuis qu’ils se sont retrouvés dans un pays inconnu pour eux, c'est-à-dire il y a dix ans de cela, lorsqu’ils n’avaient que quatre ans, ils ont tout de suite prit l’initiative de se débrouiller tout seuls. De vrais petits débrouillards, qui se soudent toujours les uns aux autres, et qui ne se sépareront jamais à moins de trouver une vie paisible et confortable au bord des chutes du Niagara. Mais en ce moment, la nourriture manque. Ils doivent à présent éviter les pièges des vendeurs, qui eux essayent d’éviter que les trois furets leur vol une pastèque ou des pêches, du raisin ou quelques grammes de céréales. Il se doit que le bon Dieu agisse et qu’il ne laisse pas ces pauvres enfants dans ce sale état. Leur avenir est en jeu. Il faut que quelqu’un les aide, afin qu’ils soient dignes de porter un uniforme noir afin d’intégrer une école, qu’ils puissent se trouver un travail afin de gagner des sous, et que quelqu'un leur apprenne le savoir vivre. Le temps presse, l’heure tourne, et chaque minute s'écoulent, cela veut alors dire que le monde change.
Revenir en haut Aller en bas
http://legends-of-wolves.forumactif.org/
Pinky

҉ βιuϵ ωαιε ҉
Little Pink Lollipop

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 2102
Date d'inscription : 27/02/2013
Age : 18
Localisation : Là où tu n'es pas. :3

MessageSujet: Re: Les Furets de Paris. Histoire inventée. Ven 23 Aoû - 9:46


Chapitre I. Une recette digne d’un Roi


C’est le printemps. A Paris, le monde s’agite. Les visiteurs venus du monde entier s’étaient tous rendus aux quatre pieds de la Tour Eiffel, munis d’un appareil photo et d’un porte clé scintillant. Le temps était toujours le même. Soleil et fraîcheur, tandis que les bourgeons se mettent au travail pour essaye d’éclore, afin d’en sortir une belle fleur d’une couleur d’un bleu cyan éclatant. Mais le bonheur n’était pas partout. En effet, même s’il fait jour, la pénombre reste tout de même présente chez les Trois Furets. C’est le matin, et nos trois jumeaux étaient très fatigués. Impossible pour eux de dormir une nuit entière sans entendre les passants papoter à haute voix. Se frottant les yeux et en s’étirant durement, Taïma se réveilla alors. Une superbe vue sur la Tour Eiffel, qu’elle voyait d’ailleurs tous les matins. Mais en regardant l’endroit où ses frères et elles avaient dormis, elle soupirait. Effectivement, nos trois ados ne faisaient que passer leurs nuits sur des matelas qu’ils avaient récupérés, eux-mêmes placés dans une cavité d’immeuble abandonné, comme si cette petite ou plutôt grande fente avait été causée par un démolissement interrompu pour une cause inconnue. La jeune fille se leva difficilement, évitant de réveiller ses frères en se levant pour essayer de se dégoter quelques fruits pour petit-déjeuner. Elle se levait, étendant son bras pour prendre son gilet tout crasseux avant de sortir de la cavité par une petite échelle très discrète. Les magasins de luxe étaient remplis de visiteurs venus pour acheter plusieurs petites choses, des petites gâteries ou certains souvenirs. Mais Taïma ne préférait pas se tourner vers ce genre de magasin ce matin-là. Il était samedi, et il fallait qu’elle fasse de petites provisions pour deux jours avant que les magasins ne ferment le lendemain.  Alors, Taïma se dirigea aux alentours des charcuteries ou des superettes. Les trois furets ne pouvaient pas économiser les pièces d’un centimes qu’ils ramassaient dans la rue, car cela ne servait strictement à rien. Alors ils se devaient d’essayer de voler soit en discrétion, ou alors, il fallait qu’ils s’engagent dans une course poursuite avec les vendeurs et les témoins, ce qui s’avérait assez risqué. Mais pour eux, il n’y avait aucun problème. Ne vous avais-je pas dis qu’ils étaient réputés pour leur rapidité extrême et leur agilité inouïe ? Et en repensant à cela, Taïma eu une idée.

S’infiltrant dans la supérette, la jeune fille jouait la cliente. Elle prit un sac plastique devait normalement être payé dix centimes. Se dirigeant ensuite vers les viandes, elle prit un morceau de bœuf, qu’elle trouvait assez gros pour que trois adolescents tiennent deux jours ou trois. A côté du rayon intitulé « boucherie », des fruits et légumes étaient posés sur un large étalage. La jeune fille prit soin de prendre le plus de nourriture possible, afin d’éviter de repasser les jours suivants. Car comme vous le savez, voler est synonyme de risqué. Un quart d’heure avait passé, et Taïma avait fait le tour de la supérette. Elle avait bien vu où était la sortie du magasin, et s’y tourna. Mais, dans le coin de son œil aux reflets mordoré, elle aperçut l’Homme habillé d’une blouse noire de la sécurité. Elle avalait sa salive. La sueur faillit se rendre indiscrète, mais c’était limite. Taïma ne bougeait pas, et cela la rendait mise à l’évidence. L’homme la regardait alors intrigué, comme s’il se doutait de quelque chose. Mais Taïma ne voulait pas rester comme ça plus longtemps. Elle accourut vers la sortie et se précipita de prendre le virage pour rentrer chez elle. Elle était bien sûre beaucoup trop rapide pour la sécurité. Mais celui-ci avait accourut aussi, lui demandant de s’arrêter. Taïma était à bout de souffle un fois arrivée au pied de l’échelle reliée au creux de l’immeuble. Elle commençait à monter, en regardant derrière elle si elle n’était pas repérée. Une fois arrivée chez elle, elle vit Zaïm debout, les bras croisés à taper du pied. Taïma se demandait bien ce qu’il avait à rester comme ça. Morgan, lui était réveillé. Il avait commencé à faire le lit de tout le monde, prenant les couvertures soigneusement pour les border sous le matelas. Zaïm interpella Taïma.

Zaïm ▬ « Et bah ce n’est pas trop tôt, madame je prends soin d’aller dire bonjour aux passants ! Tu vois pas qu’on crève de faim ?! »

Taïma ▬ « Oh et bah tu n’avais qu’à aller chercher à manger, monsieur qui n’est jamais content de rien ! Estime-toi heureux d’avoir à manger, sale rat ! »

Intrigué par la dispute, Morgan s’arrêta de border les lits. Se relevant, celui-ci les interpella.

Morgan ▬  « Mais vous allez arrêter oui ! Prenant le sac de Taïma, en regardant ce qu’il y a dedans fit. Oh des patates, on va pouvoir faire un chouette truc, au lieu de s’engueuler. C’est un repas en or que tu nous as ramené ! Venez, on fait un super truc. On s’occupe chacun de quelque chose. C’est parti ! »

Tous mirent la main à la patte. Taïma, la grande réservée s’occupait de faire cuire la viande grâce à un petit feu qu’elle mit en place sur les quelques briques de leur logis, Zaïm enlevait la peau des pommes de terre en grommelant comme à son habitude, quant à Morgan, le simple et le posé, s’occupait quant à lui de préparer la recette qui était pour eux, d’une grande classe. Mais dès lorsqu’ils étaient tous occupés à préparer à manger pour le midi, alors qu’ils avaient juste grignoté que quelques abricots pour le petit-déjeuner, un bruit résonna à la porte faite de paille extrêmement séchée. Extirpé de son travail, Morgan décida d’ouvrir, lui étant le plus près de la porte. Dès qu’il ouvrit timidement la porte, s’attendant à toute personne, il resta ébahi. C’était un vieille homme, un inconnu de Paris, qui avait l’air de ne pas vouloir les aider.
Revenir en haut Aller en bas
http://legends-of-wolves.forumactif.org/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les Furets de Paris. Histoire inventée.

Revenir en haut Aller en bas

Les Furets de Paris. Histoire inventée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Règle #1 - Ne jamais trahir son partenaire [JENNY]
» Et si tout était différent?
» Et si le temps s'arrêtait ? [ Lily Evans ]
» Lily Evans - Rouquine au grand cœur. [Terminé]
» Histoire des grands magasins de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Temporal :: Archives Flood-