Wolf Temporal
Bonjour et bienvenue sur Wolf Temporal Invité ! Si vous avez la moindre question n'hésitez pas, le staff est toujours disponible et a votre écoute. Surtout amusez vous bien et surtout que le rp soit avec vous !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'été persiste sur les territoires Temporaliens, pour le plus grand plaisir des loups habitant ces terres. Uniquement chez les Améthystes, la chaleur n'est pas au rendez-vous, et les températures ne dépasseront pas les 20°C. Pour tous les autres territoires, soit les Saphirs, Rubis, Émeraudes et Diamants, les températures dépasseront largement le seuil des 30°C, alors ne restez pas exposés au soleil trop longtemps!

Partagez| .

À la rencontre de l'inconnu!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: À la rencontre de l'inconnu! Mar 9 Juil - 16:55

Je marchais dans les denses taillis de la jungle tropicale. Je venais à peine d'y entrer que j'étais déjà certaine d'être perdue. Je n'avais toujours pas la moindre idée du pourquoi j'étais venue ici. Si un loup au monde n'était pas destiné à voyager: c'était bien moi! Je me perdais toujours, je fatiguais rapidement, je n'aimais pas les conditions extrêmes, je détestais être loin de chez moi et tout me paraissait plus appeurant ailleurs. Mais allez savoir pourquoi, aujourd'hui j'avais décidé de m'aventurer dans la jungle près du territoire des Saphirs. Au moins, je n'étais pas en terres ennemies, c'étais déjà ça! La jungle ici était chaude et humide. Le soleil peinait à traverser l'épais couvert offert par les arbres. Des milliers de fumets inconnus me chatouillaient la truffe. Ne sachant où aller, j'avançai droit devant. Comme ça au moins, je n'aurai qu'à faire un 180 degré pour revenir sur mes pas. Midi devait approcher, bien qu'il m'était impossible de me repérer grâce au soleil, mon ventre, lui, me mettait bien au courant. Il gronda et comme toujours, ce son si dégoûtant me fit grimacer. Avant qu'il ne proteste davantage, je décidai de chasser un peu. Les proies différaient un peu de chez moi. Mais je n'eut cependant pas de mal à retrouver le fumet d'un lièvre. Une proie que je connaissais bien et que je savais mangeable. Suivant l'odeur, je s'assura d'être face au vent et m'accroupis en position de chasse. J'avançai tranquillement, ventre au sol. Je pouvais maintenant apercevoir ma proie qui grignotait une brindille. C'était un lièvre brun. L'unique odeur du rongeur me faisait saliver. J'inspira silencieusement mais avant d'avoir le temps de bondir sur la proie une autre odeur me parvint. Celle d'un loup. Il était dos au vent: ma proie allait le sentir! Sans perdre un instant, je bondis sur le lièvre qui, ayant déjà senti l'étranger, détalait. Malgré le bond phénoménal que j'avais fait, mes mâchoires claquèrent dans le vide. J'eut à peine le temps de voir le rongeur se faufiler dans un trou du sol. Je ne pu retenir un grondement: ce loup allait m'entendre! Alors que je pensais à ce que je pouvais bien lui dire, deux pattes blanches se plantaient face à moi. Elles n'étaient qu'à un mètre de mon museau. Je releva tranquillement la tête. Dans ma fureur, je n'avais même pas pris le temps de sentir si c'était un mâle ou une femelle. Quelle idiote! Maintenant je le savais et j'en tremblais. Le mâle était blanc immaculé et grand, plus grand que moi. Mais ça, ce n'était pas tellement un exploit... La peur me fit me figer: je ne dis rien et n'eut même pas la force de me lever. Je restai là, la gueule béante, les oreilles rabattues et les yeux rivés sur ceux de l'inconnu. Il avait de beaux yeux, songeai-je, toujours sous le choc.
Revenir en haut Aller en bas
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 24
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Mer 10 Juil - 14:55

Immense. Immense et sublime. C'est ce qui lui venait à l'esprit lorsqu'il pensait aux terres de Wolf Temporal. Plus il les parcourait et plus il s'émerveillait des paysages grandioses qui s'offraient à lui. Cette fois-là, il avait décidé de faire une escapade dans les terres libres. Voilà, maintenant deux jours qu'il y était et il y en avait encore tant à découvrir !
Il s'arrêta un instant pour humer l'air, les yeux mi-clos, un léger sourire sur les babines. Un bruit dans les feuillages. Par réflexe, il fléchit les pattes, tendit l'oreille, les yeux écarquillés, les sens aux aguets. Un oiseau s'envola. Il se détendit. Après s'être ébroué, il reprit son chemin, la démarche tranquille, le pas nonchalant, la tête haute. Seule sa langue qui pendait avec un halètement peu séduisant brisait son charme naturel. Dont il n'avait pas vraiment conscience d'ailleurs. Elégant, ça il l'était. Mais il ne jouait pas là-dessus et en aurait été bien incapable s'il l'aurait voulu.
Quoi qu'il en soit, il avait chaud. Et pour cause, son pelage blanc bien fourni lui était bien confortable pour la vie en montagne, les roulades dans la neige. Le froid, la neige dans sa fourrure ? Il ne les craignait pas. Mais, la chaleur et l'humidité extrême de ce lieu lui étaient difficilement supportable.

Au bout d'une heure de déambulation dans cette jungle étouffante, il décida qu'il était temps de faire une pause. Trouver un coin tranquille, au frais, ou du moins pas trop au chaud. Ah, et un point d'eau à proximité si c'était possible. Il sourit pour lui-même. Bon déjà de l'eau, on verra ensuite. C'est alors qu'il perçut un mouvement, une présence, non loin de lui. Il leva la tête pour sentir. Zut, le vent était dans son dos. Peu importe, il n'avait pas faim de toute façon. Il s'approcha tout de même. Par ici, les animaux étaient différents de ceux qu'il connaissait. Leurs couleurs plus vives et plus extravagantes. Certains oiseaux étaient même plutôt étranges. Il était curieux de voir à quoi ressemblerait celui-ci. Il s'approcha sans chercher à être vraiment furtif.
Un lièvre. Seulement un lièvre brun. Il l'apercevait derrière un feuillage. Il pensa à sauter vers lui pour l'effrayer, mais le rongeur fut plus rapide. L'odeur du loup, ainsi que son manque de discrétion, l'alerta et il fila en grands bonds...
Atlas n'eut même pas le temps de voir où il allait qu'un éclair blanc surgit devant lui pour atterrir là où le lièvre était une seconde auparavant.
Le pelage aussi immaculé que le sien, des yeux dorés où reflétait une frustration aussi intense que passagère, la silhouette petite et élancée, la louve poussait un grondement menaçant. Mais sans attendre, Atlas avait écarté les feuillages de sa truffe pour sortir de sa cachette et se poster devant la jolie louve blanche. Celle-ci changea soudainement de comportement. Toute agressivité disparut, elle était maintenant au sol, toute tremblante, les yeux braqués vers lui trahissaient une certaine inquiétude.
Etonné de cette réaction, Atlas jeta un coup d'oeil derrière lui, puis reporta son attention sur la louve. Non, c'était bien de lui qu'elle semblait éprouvé de la crainte.
*Grogne, montre les crocs, fait mine d'attaquer* siffla une voix dans sa tête. L'idée l'amusa, mais il n'avait aucunement l'intention de faire une chose pareille. Cependant, la situation était trop tentante, la louve ne bougeait pas, semblant jauger la réaction de l'inconnu. Il tendit alors une patte vers elle et lui toucha délicatement le museau.

Bouh... chuchota-t-il.

Il ramena sa patte sous lui en lui lançant un sourire aussi radieux que rassurant, avant de poursuivre d'une voix douce :


Je vous en prie, relevez-vous, demoiselle, c'est plutôt à moi de m'incliner...

Et il la salua d'une élégante révérence, un antérieur plié sous lui, l'autre tendu devant. En se redressant, il se présenta :

Je me nomme Atlas, traqueur au service des Diamants et dorénavant au vôtre, car j'ai une dette envers vous, je crains que votre lièvre ne se soit enfuit par ma faute... ajouta-t-il avec une sourire encore plus grand.
Revenir en haut Aller en bas
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Jeu 11 Juil - 2:30

Alors que je concentrais toujours mon attention sur lui, le loup blanc se détourna, comme si il cherchais quelque chose. Sans le trouver, il me regarda à nouveau. Comme je ne bougeais toujours pas, il tendit sa patte et me touche le museau en murmurant:
Bouh...
Je sursauta légèrement, un tel geste étais assez étrange. Puis un sourire radieux éclaira son visage:
Je vous en prie, relevez-vous, demoiselle, c'est plutôt à moi de m'incliner...
Pendant qu'il baissais la tête en une révérence chevaleresque, je resta toujours figée, comme une idiote, mais pour une raison différente. Il fessais chaud ici. Plus que tout-à-l 'heur. Quelqu'un jouait avec le thermostat ou c'étais dans ma tête? Je ne tremblais plus. Sa: c'étais vraiment étrange. J'avais toujours eu peur des mâles et ce, d'aussi loin que je me souvienne! (soit, un ans... pas très glorieux quand on en à deux...) Mais pourtant, rien en ce mâle ne m'effrayais. Plus maintenant. Quand mon mystérieux inconnu lança une autre phrase, il c'était déjà redressé:
Je me nomme Atlas, traqueur au service des Diamants et dorénavant au vôtre, car j'ai une dette envers vous, je crains que votre lièvre ne se soit enfuit par ma faute...
C'est alors que je me suis rendue compte que j'étais toujours là: affalée dans la terre le gueule béante comme une statue. ayant un peu (beaucoup) honte de moi en voyant son sourire toujours plus grand je me relava tant bien que mal. J'esseya de restée digne mais je ne parvint qu'a bafouiller:
Je heu... Ce n'est pas la peine voyons...
Je redressa la tête et continua, un peu plus digne:
Je suis Senza... heu, Senza Memoria en fait... Sa veut dire sans mémoire... pas que je soufre d'amnésie chronique... enfin on croit que j'ai eu un traumatisme tellement grand l'année dernière que c'est pour sa que j'ai tout oublier...
Je me cloua le bec, j'en avait trop dit... encore. Je continua, en surveillant mes paroles cette fois:
Désoler... Je... Enfin: Je suis nourrice des Saphirs, enchantée.
Et je lui sourit timidement et leva les yeux pour le regarder, il étais vraiment plus grand que moi...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 24
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Jeu 11 Juil - 21:17

HRP :
 


Elle semblait... sous le choc. Figée, silencieuse, l'observant et l'écoutant les mâchoires grandes ouvertes. Lorsqu'il se fut présenté, elle sembla reprendre le contrôle d'elle-même... enfin presque. Il la regarda se lever, profitant malgré lui, de son trouble pour la détailler. Ses traits gracieux, sa silhouette élancée, sa fourrure immaculée, ses pattes longues et fines et surtout ses yeux. Des iris dorés qui lui rappelaient les teintes que prenaient certaines feuilles à l'automne quand le froid les emportaient.

Je heu... Ce n'est pas la peine voyons...

La louve était enfin sortie de son mutisme, tirant Atlas de ses pensées. Elle semblait vouloir retrouver contenance. S'était-elle trouvé ridicule ?
*Elle n'a pourtant pas de quoi.* songea le loup blanc.
*Quelle est cette douceur dans le timbre de ta pensée, pauvre fou ? Ses beaux yeux remueraient-ils quelque chose au fond de ton pathétique coeur d'attardé ?* grinça la voix de son esprit.
*Pff, c'est ridicule, je me faisais simplement une remarque sur son étrange comportement...* se répondit-il.

Je suis Senza... continua la jeune louve. Euh, Senza Memoria en fait... Ça veut dire sans mémoire... pas que je soufre d'amnésie chronique... enfin on croit que j'ai eu un traumatisme tellement grand l'année dernière que c'est pour ça que j'ai tout oublié...

Et bien, voilà qu'elle était bavarde ! Amnésique ? Une foule de question brûlèrent les babines du mâle, mais il se retint. On verra plus tard pour cela.

Désolée... Je... Enfin: je suis nourrice des Saphirs, enchantée.


C'est moi le plus enchanté de deux, répondit-il en inclinant la tête légèrement.

Il la regarda dans les yeux quelques instants. Elle avait souri, c'était plutôt bon signe. Entre le grognement menaçant de bienvenue, puis l'instant de panique qui avait suivi, Atlas reconnaissait ne pas avoir tout compris à ce qui s'était déroulé dans l'esprit de l'inconnu. Son sourire le rassurait. Puis, gênée par le silence qui suivit, il poursuivit :

Vous sembliez m'en vouloir, tout de suite. J'espère ne pas vous avoir énervée.

Il détacha son regard de celui de la louve et marcha à nouveau. Il se sentait un peu bête, planté devant la louve, visiblement gênée par sa présence. Il avait besoin de prendre un peu de distance, comme si le regard d'or de la louve l'intimidait. Il fit quelques pas vers la gauche, jetant un oeil au tronc d'un arbre qui s'élevait jusqu'au toit de la forêt tropicale tout en continuant :

Si c'est le cas, je ferai mon possible pour me rattraper, demoiselle Senza Memoria.

Il tourna la tête vers elle, un léger sourire moqueur sur les babines.

Avant l'intervention de ce lièvre, je cherchais de l'eau. Peut-être sauriez-vous où en trouver par ici.

Il avait vraiment soif, mais en même temps il ne voulait pas s'éclipser aussi vite qu'il était arrivé et ne voulait pas quitter ce jolie jeune louve aussi rapidement. De plus, cela permettait de faire connaissance avec elle sans rester planter devant elle, à la dévisager...
Revenir en haut Aller en bas
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Ven 12 Juil - 4:30

La réponse du loup avait été immédiate:

C'est moi le plus enchanté de deux.

i]Il s'étais un peut incliner devant moi, il n'était pas plus petit pour autant. J'aurais voulue contre dire la dernière remarque du dénommé Atlas, mais je me suis littéralement perdu dans son regard. Celui-ci était sombre mais brillant d'intelligence. Ces yeux était profonds et sincères. Quand il brisa enfin le silence et que je revint à moi, je m'ébroua pour sortir complètement de ma torpeur. [/i]

Vous sembliez m'en vouloir, tout de suite. J'espère ne pas vous avoir énervée.

Je figea, (Encore plus, juré) il m'avait entendu gronder? Évidement, pourquoi je n'y avait pas pensé plutôt?! Alors que j'était en profond questionnement mon interlocuteur avait eu le temps de se déplacer un peu, de regarder la cime des arbres et de poursuivre:

Si c'est le cas, je ferai mon possible pour me rattraper, demoiselle Senza Memoria.


Je sentie mes pattes se dérobées sous moi, mais cela ne semblais qu'être une illusion. Demoiselle? Aucun mâle ne m'avait encore jamais traité ainsi! Je ne savais pas vraiment quoi répondre quand il me regarda à nouveau et dit:

Avant l'intervention de ce lièvre, je cherchais de l'eau. Peut-être sauriez-vous où en trouver par ici.

Il n'eu qu'a prononcer ces mots pour que je relève la truffe et ne renifle l'aire. Enfin! J'allais enfin avoir l'aire de savoir faire quelque chose de ma carcasse! Je dit tout en inspirant les différentes effluves qui m'environnais:

Et bien... tout ici est humide... Mais... je pointa les oreilles dans une direction précise, sure de moi, Par là bas, cela me semble concluant.

Encore heureux que je possède un odorat assez fin, aucunes odeurs (ou presque) ne m'échappais. Je regarda le loup blanc et dit en souriant:

Je peut vous y emmener si vous voulez!  

Alors que je déplaçais ma queue (plumeau) de droit à gauche en signe d'amusement, mon ventre en profita pour casser l'ambiance... Lors ce que le gargouillis retentis, je réprima une grimace, en espérant que mon charmant camarade ne l'ai pas entendu...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 24
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Ven 12 Juil - 9:03

HRP::
 

Cette fois, la louve semblait bel et bien être sortie de sa torpeur. Rien de tel que de bouger et s'occuper les pattes pour rompre cette subtile gêne qui commençait à vouloir s'installer.

Et bien... tout ici est humide... Mais... Par là bas, cela me semble concluant.

En disant cela, elle humait l'air attentivement et s'était finalement focalisée dans une direction. Atlas fut impressionné. Bien qu'il est un odorat développé, comme tous ses congénères, il était loin d'en avoir un si fin. Cette louve était remarquable.
Elle semblait maintenant plus détendue, plus à l'aise. Son sourire, la queue qui remue en signe d'amusement.

Je peux vous y emmener si vous voulez! ajouta-t-elle.

Le loup blanc fut ravi de cette réponse. Depuis qu'il était arrivé sur ces terres, il y a peu, il avait certes converser avec quelques autres loups, mais que de façon rapide et formelle.
Il se souvenait encore de son arrivée comme si c'était la veille.
*Normal, cela fait moins de seize jours, imbécile. Arrête donc avec tes pensées épiques et contente-toi de lui répondre !* railla cette voix aigrie au fond de lui.
Comme si c'était la veille donc. Des montagnes enneigées. La faim glaciale au ventre. Le froid dévorant qui l'assaillait. Et la rencontre de deux louves Saphirs... Saphirs ? Comme Senza ? Peut-être se connaissaient-elles. Atlas rangea cette question dans un coin de sa tête avec les autre, afin de lui demander à l'occasion.
En tout cas, depuis lors, il n'avait parlé qu'à certains Diamants de sa meute qui leur avaient décrit succinctement les différentes meutes et les terres environnantes. Non pas qu'il ne voulait pas leur parler plus, mais chacun ayant fort à faire, il n'avait pas eu le loisir de faire plus connaissance avec eux. Il prendrait le temps à une autre occasion. Même si ces quelques contacts lui avaient réchauffé le coeur, cela restaient des échanges courts qui ne le contentaient guère. Or, depuis qu'il avait quitté sa jeune soeur, il y a maintenant assez longtemps, il avait vécu seul. Ne parlant qu'avec lui-même. Finissant même pas se détester.
*En même temps, tu es insupportable ! Bien content que je ne sois plus le seul à te supporter... Cette louve a intérêt d'être résistante à l'ennui, car tu es le roi en la matière...* siffla la voix.
Atlas fronça le museau, agacé par cette remarque intérieur. Mais, un bruit de ventre affamé le tira de ses pensées. Il croisa le regard de la louve et se détendit à nouveau. Il comprit et sourit.


Je vous suis, chère Senza et je vous promets de me racheter ensuite en dénichant quelque chose pour contenter votre estomac qui semble contester votre décision de chercher de l'eau et non un autre lièvre.


Il fit un bond de côté en remuant la queue, l'air joueur, l'invitant ainsi à y aller. Il n'était pas le roi de l'ennui. Non. C'était cette voix qui était insupportable. Pas lui.
Revenir en haut Aller en bas
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Sam 13 Juil - 17:51

HRP:
 

Il resta un moment perdu dans ces pensées jusqu'à ce que mon ventre gargouille:
Je vous suis, chère Senza et je vous promets de me racheter ensuite en dénichant quelque chose pour contenter votre estomac qui semble contester votre décision de chercher de l'eau et non un autre lièvre.
Il l'avait entendu! Zut! Mais qu'est ce que je croyais? Évidement qu'il allais l'entendre! Vite, je chercha quelque chose à dire. Je bafouilla:
Ce n'est rien! Je suis certaine que nous trouverons de quoi nous mettre sous la dent là bas.
Le voyant faire un bond sur le coter, m'invitant à lui montrer le chemin. Je sourit et émit un mouvement de la queue (plumeau) pour l'inviter à me suivre. Rapidement, je bondit par dessus un taillis et m'enfonça dans la jungle, à la poursuite de l'odeur. Je me déplaçais agilement dans les feuillages et essayant de me reconstruire un plan mental de l'endroit. Les fumets de rongeurs tapis dans l'ombre m'en empêche. Je dus entrouvrir la gueule et me concentrer un maximum afin d'emmener le loup blanc à bonne destination.

J'osa un regard vers celui-ci afin de vérifier si il me suivais. Il était bel et bien à ma suite. Je le regarda, cependant, plus longtemps que prévus. qu'il était majestueux à ce déplacer agilement ainsi dans les plantes et végétaux verts foncés, rendant sa fourrure couleur neige étincelante. Il était concentrer sur son chemin, ou sur ces pensées? Bref, toujours est-il que mon regard fini par croiser le siens. Je regarda vivement vers l'avant en rougissant. M'avait-il vu le regarder ainsi?!

Je fût un peu soulager quand le bruit d'un léger clapotis se fit entendre non loin. La fragrance aussi c'était intensifiée, mais probablement pas assez pour qu'un nez normale la capte dans cette océan d'humidité. Je m'arrêta devant une barrière végétale et fit signe à Atlas que nous étions arrivés à destination. Sans perdre un instant, je baissa la tête afin de me frayer un chemin dans les végétaux qui barrais ma route. Quand j'atterrit de l'autre coté, ma fourrure était toute mêlée et remplie de feuilles. Mais je m'en fichais: là devant moi, il y avait l'endroit le plus merveilleux que j'avais vu dans toute ma vie! Je sentie Atlas passé près de moi, sa fourrure était moins pire que la mienne, il avait sans doute prit le passage que j'avait créé. Il pouvais maintenant voir le même paysage que moi:
Devant nous s'étendais une petite clairière recouverte d'herbe, de mousse et de petites fleures. Au milieu de celle-ci se trouvais un étang relié à un ruisseau qui disparaissais derrière une montagne, constituée comme une grosse roche, haute comme cinq loups les uns par dessus les autres. Les arbres encadrais de leur verdure cet endroit en laissant le ciel dégager au dessus de celui-ci. Je pût enfin laisser échapper un léger:  

Wow...
Les oreilles pointées vers l'avant (ou se trouvais la petite montagne rocheuse) je scrutais cet endroit digne d'un compte de fée. Je dit à l'attention du loup avec moi:
Je suis une louve arctique qui adore de froid, mais j'échangerais volontiers ma tanière de glace pour un endroit pareil!
Je regarda Atlas, une lueur curieuse et enjouée dans les yeux:
On commence par manger et boire ou on explore tout de suite?
Je remua la queue, (plumeau) impatiente, le sourire fendu jusqu'au oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 24
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Dim 14 Juil - 20:45

HRP:
 

La louve bredouilla qu'ils trouveraient bien quelque chose à manger, puis s'élança dans la végétation dense à la recherche d'un point d'eau. Atlas bondit aussitôt à sa suite. Pas question de la perdre de vue ! Il l'observait se faufiler agilement parmi les feuillages qui ralentissaient leur progression. Par moment, elle disparaissait de sa vue, masquée par d'énormes buissons de fougères. Inconsciemment, il accélérait alors l'allure, passait à son tour l'obstacle végétal et l'avait à nouveau dans son champs de vision. Avec souplesse, elle contournait un tronc, avec puissance, elle sautait un rocher qui affleurait, avec vivacité, elle filait vers sa destination, avec élégance, elle tourna la tête pour voir s'il suivait bien, avec... Hein ? Elle tournait la tête ? Atlas regarda aussitôt ailleurs. Il ne manquerait plus qu'elle le voit la fixer étrangement...

Il se concentrait maintenant sur l'endroit où il posait ses pattes. Cela lui évitait de regarder dans la direction de la louve.
Elle avait un il-ne-savait-pas-quoi de sa jeune sœur. Il n'arrivait pas à trouver pourquoi, mais elle lui rappelait un peu cette petite louve qui avait partagé son enfance. Peut-être son physique ?
*Oui, bien sûr, ta sœur était noire comme l'ébène et cette louve et sa robe immaculée aussi... Ça t'arrive de réfléchir ou je suis le seul à utiliser ta cervelle ?*
Oui, bon. Il avait pensé à ça, comme ça... Cette louve le perturbait. Il ne voulait pas l'admettre, mais sa présence l'empêchait d'aligner deux pensées correctes...
Il finit par lever le museau de son chemin et croisa le regard de sa congénère qui détourna aussitôt les yeux, l'air visiblement gênée. Pourquoi ce regard ? Le trouvait-elle pataud au milieu de cette végétation. Regrettait-elle de l'avoir rencontrer ? Peut-être s'était-il un peu imposé à elle. Elle n'avait peut-être pas envie de supporter sa compagnie...

Il fut à nouveau interrompu dans ses pensées lorsque la louve s'arrêta. Un doux bruit d'eau qui s'écoule. La gorge sèche du loup lui criait qu'il était grand temps de remédier à sa soif. Il regarda la louve se frayer un chemin dans plantes qui semblaient protéger le point d'eau en empêchant le passage. Il la suivit, empruntant le couloir qu'elle avait formé. Devant la louve au pelage maintenant quelque peu... feuillu, un splendide spectacle régala les yeux pétillants du jeune loup.

Wow...


Apparemment, il n’était pas le seul à être sensible à la beauté de l'endroit.

Je suis une louve arctique qui adore de froid, mais j'échangerais volontiers ma tanière de glace pour un endroit pareil !


Atlas sourit. Il ne pouvait qu'être d'accord avec elle... bien qu'il fasse un peu trop chaud pour lui ! Mais, il fut tirer de sa contemplation par le petit ruisseau qui alimentait l'étang. Son murmure dans les rochers l'appelait. Atlas le regarda se faufiler entre les rochers couverts de mousse, frôlant les galets polis par ses caresses, dévalant parfois des petites irrégularités en une élégante cascade à peine plus haute qu'un louveteau.

On commence par manger et boire ou on explore tout de suite ?


La louve semblait heureuse d'être là. Finalement, elle n'était peut-être pas mécontente de la présence du loup. Enfin, peut-être...
Explorer était une excellente idée qui plaisait à l'esprit curieux du loup. Mais, l'appel du ruisseau était trop fort pour le loup qui ne pouvait résister.


J'aimerai étancher ma soif avant toute chose, si vous me le permettez,
proposa-t-il en tournant la tête vers sa congénère.


Le pelage de celle-ci n'était plus aussi blanc et soyeux qu'auparavant. Atlas s'approcha d'elle et délicatement, entre ses crocs, saisit une feuille qui était coincé dans les poils, entre les oreilles de Senza. Elle en avait plein d'autres dans son pelage, mais celle-ci lui donnait un air particulièrement comique en lui faisant comme une mèche ridicule sur la tête. En laissant tomber la feuille par terre, Atlas se rendit compte de son geste, il ressentit alors une certaine gêne. Son estomac se serra. Pour ne rien laisser paraitre, il détourna les yeux et trottina vers la rivière en lui proposant :


Nous pourrons ensuite faire un tour par ici à la recherche de quelque chose à nous mettre sous les crocs. Comme ça, on explorera les environs en même temps. Qu'en dites-vous ? Ajouta-t-il, la tête tourné vers elle, lorsqu'il fut arrivé au bord du cours d'eau.

En attendant sa réponse, il fléchit les antérieurs pour boire l'eau clair du mince ruisseau.


Dernière édition par Atlas le Lun 29 Juil - 10:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Mer 24 Juil - 21:09

HRP:
 
J'avais à peine posé ma question qu'une voie enrouée par la soif me répondit:

J'aimerai étancher ma soif avant toute chose, si vous me le permettez.

Alors que j'allait lui répondre, amusée, que cela ne me dérangeais pas le moins du monde, je fut surprise par Atlas. La seule chose que j'eu le temps de faire était de plaquer mes oreilles sur mon crâne afin les retirées de la trajectoire que parcourrais la gueule du loup blanc pour... aller saisir une feuille? Étrangement, je ne broncha pas jusqu'à ce qu'il la laisse tomber et ce, malgré mon habituelle peur des mâles. Puis, arrondissant un peu les yeux comme si il venais de s'apercevoir de son geste soudain, il détourna le tête, le regard fuyant avant de trottiner vers le point d'eau. Je me racla la gorge et regarda l'état dans lequel je me trouvais. Ma fourrure était dégoutante! Je fessais une tâche dans ce décors si somptueux et ça: c'était visiblement un crime. Alors qu'il me tirais de mes pensées je remarqua que je devais vraiment avoir l'aire bête, ainsi à contempler une tache de terre entremêler de feuilles sur mon poitrail, lequel était clairement le pire endroit:

Nous pourrons ensuite faire un tour par ici à la recherche de quelque chose à nous mettre sous les crocs. Comme ça, on explorera les environs en même temps. Qu'en dites-vous ?  

C'est à cet instant que je me rendit conte que je n'avais toujours pas répondu à sa questions de tout-à-l' heur... Sans attendre une seconde, je releva la tête et répondit en souriant, un sourire que je m'efforçais de rendre plus que charmant afin de combler le manque de finesse que me fournissais ma fourrure dans cet état lamentable:

J'en dit que c'est une très bonne idée!

Puis, en quelques bonds, je le rejoignit. Il devais boire sans doutes, aucune idée en fait... Je ne l'observais plus vraiment: j'était trop occupée à régler mon << Cas fourrure. >> Je bu un peu d'eau afin de me mouiller la langue d'avantage afin de me faciliter la tâche. L'eau était douce et fraîche. Aussi rafraîchissante qu'une brise d'hivers sur la côte près de ma tanière ou il y avait de la neige aussi blanche, brillante et aussi belle que la fourrure de cet Atlas... J'interrompit le cours de mes pensées: aussi blanche, brillante et belle que QUOI?! Je jeta un regard subtil au loup tout près de moi. Je m'en sentie rapidement bête: il n'avait tout de même pas lu dans mes pensées, voyons! J'avais vraiment un problème je songea: d'abord je n'avait pas peur de lui, ensuite je n'essayais même pas de m'en débarrasser pour fuir au loin et pour combler la tout, mon subconscient me disais que je le trouvais attirant! M'enfin... c'était pas tout-à-fait faux... Non! Je secoua la tête pour chasser ces idées. Voyons Senza: il était Diamant qui plus est! Je me mit à nettoyer ma fourrure frénétiquement tout en me laissant voguer à la dérive sur un océan trop mouvementer pour moi: mon côté rêveur et celui d'avantage réaliste pouvais bien se livrer combat si ils voulait! Moi, j'était trop occupée à nettoyer ma fourrure immaculée et à jeter des regards discrets sur Atlas. Il était tellement... je n'arrivais pas à mettre le mot dessus mais en même temps plusieurs me venais à l'esprit. Je n'avais jamais connue un tel sentiment, une chose était sure cependant: je ne voulais pas le moins du monde qu'il disparaisse! Enfin, cet émotion pas le loup... Peut-être les deux finalement... Ouais c'était plutôt ça je crois: je ne voulais pas que les deux disparaissent! J'était fière d'avoir enfin mis la patte sur ce qui se passais dans ma tête: c'était un cas plutôt rare il faut dire. En plus, je fessais d'une pierre deux coups: si Atlas ne disparaissais pas, ce sentiment non plus, puisque c'était ce loup majestueux qui le provoquais. Une seule questions s'imposais: comment, diable, je le ferais rester? Encore une fois mon sens du réalisme revint: comment, moi: Senza Memoria, pouvais pensé une seule seconde faire rester un mâle près d'elle? Non seulement j'était sensée en avoir peur mais en plus, j'était loin d'être attirante... Je me rendit compte que j'avais terminé de lisser toutes les parcelles de mon pelage depuis longtemps déjà. Comme je devais avoir l'aire d'une idiote, vraiment! Je m'exaspérais moi-même parfois... ou souvent plutôt. Et je croyais naïvement qu'un loup aussi distinguer que lui me supporterais? Tu rêve éveillée ma pauvre Senza... Je me releva, m'ébroua pour chasser ces pensées. Je commençais à en avoir assez de me disputer avec moi-même. Je m'étira pour prouver à mon subconscient que je ne voulais plus rien savoir de lui pour le moment. Puis, avant que mon ventre ne réplique encore je respira les odeurs environnantes et remarqua celle d'un rongeur dans un fourré près du rocher géant. Je dit à l'intention d'Atlas:

J'ai repérer un lèvre par la bas. En fait, le coin grouille de petites bêtes. On à bien fait de venir ici il faut croire! Bon: je me charge du cas de celui-là, je ne serais pas longue.


Fessant déjà attention au bruit que je fessais, je traversa la clairière d'un pas léger. Quand je fut assez près je m'écrasa dans l'herbe tendre des lieux merveilleux et en position de chasse, je repéra la position exacte de ma proie. Je ne la voyais pas, mais ma truffe remplaçais mes yeux. Aussi je les ferma pour me concentrer un maximum sur l'odeur. Il y en avait des centaines d'autres aux alentours mais ma faim m'empêchais de faillir à ma concentration. Puis, me propulsant sur mes pattes arrières je bondit dans les taillis. Un cri d'effrois me fit ouvrir les yeux, j'avais bien calculer mon coup. Je retomba sur le lièvre et l'acheva d'un coup de canine bien placé. Queue (plumeau) haute je revenais avec mon butin. Je le déposa près de l'endroit ou je m'était tenue pour me nettoyer et regarda Atlas souriante, goutant encore le sang frais dans ma gueule, que d'esquisses sensations:

Je peut aller vous en chercher un si vous voulez! Il y en à un juste là!

Je désigna deux rochers entourés d'herbes et de brindilles au centre de la clairière.
Revenir en haut Aller en bas
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 24
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Ven 2 Aoû - 9:58

HRP:
 

Alors qu’il se désaltérait, la louve approuva aussitôt sa proposition :

J’en dis que c’est une très bonne idée !

S’il n’avait pas été en train de boire, le loup aurait souri. Sa congénère la rejoignit en quelques bonds. Il lui jeta un coup d’œil tout en continuant à étancher sa soif... Elle était en train de toiletter sa douce fourrure, cherchant probablement à lui rendre sa blancheur habituelle. Un léger sentiment de gêne s'empara de lui. Pourvu qu’elle n’ait pas mal pris le fait qu’il lui ait ôté une feuille. Il avait juste voulu… Comment dire… Il n’avait pas voulu la vexer, encore moins lui faire comprendre qu’elle était dans un état lamentable. Il est vrai qu’ainsi, elle ne ressemblait plus trop à la jolie louve à la robe étincelante qu’il avait rencontré quelques instants auparavant. Cependant, elle restait d’une beauté…
*D’une beauté quoi ? Époustouflante ? C’est ça que t’allais penser ? T’as pas fini avec tes envolées lyriques ? Y’en a qu’on faim ici ! Et c’est pas en la fixant comme une grenouille qu’aurait avalé une pomme de pin que ton estomac va se remplir…*
Ignorant la raillerie, il continua d’observer la jeune louve. Il ne buvait plus, mais il gardait les pattes fléchies, le museau au raz de l’eau. Elle aussi ne semblait pas être à ce qu’elle faisait. Son regard de posait distraitement sur sa fourrure, mais son esprit semblait être loin d’ici. D’ailleurs, il n’y avait plus grand chose à laver, son pelage était immaculé comme aux premières neiges. Enfin presque… A quoi pouvait-elle bien penser ?
Elle sembla alors prendre conscience de sa propreté et, comme si de rien n’était, s’étira. Atlas prit lui aussi conscience que sa mâchoire était bêtement suspendue à quelques millimètres du ruisseau. Aussitôt, il se remit à laper l’eau, espérant qu’elle n’avait rien remarqué… Probablement que non, puisqu’elle n’en laissa rien paraitre et prit la parole :


J’ai repéré un lièvre par là-bas. En fait, le coin grouille de petites bêtes. On a bien fait de venir par ici il faut croire ! Bon, je me charge de celui-là, je ne serais pas longue.

Elle fila silencieusement de l’autre côté de la clairière. Il se rassit en léchant ses babines humides et posta élégamment sa queue autour de son postérieur gauche. Quand elle revint, quelques instants plus tard, un lièvre l’accompagnait. Immobile. Un peu inconscient. Un peu mort aussi. Elle le posa et lui proposa :

Je peux aller vous en chercher un si vous voulez !  Il y en a juste là !

Elle désigna un endroit plus loin, dans la clairière. Avec une lueur d’amusement dans le regard, il lui répondit toujours avec son inconsciente élégance :


Merci bien, demoiselle Senza, mais c’est plutôt à moi de vous rendre la proie que je vous ai fait raté tout à l’heure.  Mais, comme je vois que vous vous débrouillez excellemment bien, seule, je n’aurai pas le plaisir d’honorer ma dette. Quant à moi, je vous remercie mais il me reste encore un peu de fierté, plaisanta-t-il en lui faisant un clin d’œil, et je vais, de ce pas, trouver quelque chose pour moi.

Il inclina légèrement la tête avant de s’éloigner en trottinant et disparut dans les hautes fougères de la jungle. Bon, surtout, ne pas rentrer bredouille.
*Trouve quelque chose de classe. Quelque chose de dur à chasser…* lui soufflait une voix douce.
Pourquoi donc ? Il ne cherchait pas à l’impressionner. Si ? Il secoua la tête. Pff, quelle idée… Un  petit rongeur ou un oiseau blessé fera l’affaire. Il n’avait pas très faim.
*Oui, mais bon, c’est pas très glorieux…*ajouta la voix mélodieuse.
Et alors ? Il ne comptait pas gagner le prix du meilleur chasseur. La première proie qui se présentera fera l’affaire. Une odeur de petit rongeur lui titilla les narines, mais il fit mine de l’ignorer et continua son chemin, serpentant silencieusement entre les arbres.
*Et bien ? Pourquoi t’as pas voulu de cette première proie ? *
Ah ! Cette voix sarcastique. Cela faisait bien longtemps… Il l’avait à peine senti cette proie. D’ailleurs, il n’était même pas sûr que s’en était une… Probablement, une vue de son esprit.
*Oui, bien sûr, et ta truffe, c’est une lar…*
Chut, là, quelque chose… Il se tapit, silencieux, et huma l’air, concentré. Il ne connaissait pas cette odeur. Ah si, cela ressemblait à celle d’un oiseau. Mais, incapable de savoir quel genre. Il y en avait plein, bien sûr, mais là, l’odeur imprégnait le tapis de feuilles sur le sol. L'oiseau avait donc marché ici. Peut-être ne s'était-il pas encore envolé... Atlas avança prudemment, le corps au raz du sol, mesurant chaque pas pour être le plus silencieux possible. Les pupilles dilatées, les oreilles braquées vers le moindre bruit, il suivait l’odeur que lui offraient le sol et les feuilles basses. Une fiente confirma la piste. Fraiche et vu la taille, son ex-propriétaire devait avoir la taille d’un petit corbeau. Le loup eut un sourire mauvais qui laissa apparaître ses redoutables crocs. Avec beaucoup de prudence, il finit par rejoindre l’oiseau. Ou plutôt la boule de plumes. En effet, sa proie était en fait un mâle qui se pavanait devant une timide femelle. Son plumage était extravagant et… ébouriffé. L’oiseau s’était gonflé autant que possible en arborant ses vives couleurs avec  fierté et orgueil. Le rouge brûlant de son corps laissait un peu de place pour une tâche d’un vert vif, au sommet de son crâne et de somptueuses plumes bleues opales terminaient ses ailes. Il dansait de droite à gauche en écartant les ailes pour épater sa belle. Quelle prétention, pensa la loup. Une prétention qui allait bientôt lui coûter la vie.
La petite femelle d’un brun terne tourna la tête vers le prédateur dont l'estomac allait bientôt servir de nouvelle maison au mâle, se douta de la présence du loup et fila à toute allure dans les fourrées. Le beau mâle, surpris, baissa les ailes, un peu déçu, il allait prendre conscience qu’il courrait peut-être un danger lorsqu’une paire de mâchoires couvertes de crocs fondit sur lui et ce fut le noir.

Atlas revint, tout heureux, dans la clairière où l’attendait sa congénère. Il s’était peut-être absenté un peu longtemps mais il était fier de son trophée de chasse. La voilà sa proie « qui fait classe ». Colorée. Exotique.
*Et bien, te voilà aussi pathétique que ce stupide oiseau, à te pavaner devant une ennuyante et terne femelle.* grinça la voix.
Atlas ignora le sarcasme et déposa sa proie multicolore non loin de la femelle.


Bon appétit, demoiselle !

Il lui lança un sourire rayonnant et attendit qu’elle plante ses crocs dans sa carcasse pour commencer. Mais, la foule de questions qu'il voulait lui poser lui brûlait à nouveau les babines. Elle avait dit qu'elle avait perdu la mémoire. Pourquoi ? Comment ? De quoi se souvenait-elle ? Il avait une soudaine envie de tout savoir sur la louve. Mais comment lui demander cela sans paraître impoli et rustre. Hors de question de la braquer ou de l'offusquer. Il décida alors d'engager la conversation, à lui de se débrouiller pour dévier sur le sujet de manière naturelle.

Alors, comme ça, vous êtes des Saphirs ? demanda-t-il d'une voix grave mais douce. J'ai déjà rencontré des Saphirs, il y a peu. Peut-être les connaissez-vous ? Elles se nommaient Vanille et Museau Cendrée.
Revenir en haut Aller en bas
Azazel

Iron Fifu King and Boss.
avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 1065
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Vers l'infini et au-délà.

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Mar 3 Sep - 8:32

Up.
Revenir en haut Aller en bas
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu! Mar 1 Oct - 23:49

Naooon!! Je vais répondre, promis! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: À la rencontre de l'inconnu!

Revenir en haut Aller en bas

À la rencontre de l'inconnu!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Temporal :: Archives RP-