Wolf Temporal
Bonjour et bienvenue sur Wolf Temporal Invité ! Si vous avez la moindre question n'hésitez pas, le staff est toujours disponible et a votre écoute. Surtout amusez vous bien et surtout que le rp soit avec vous !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'été persiste sur les territoires Temporaliens, pour le plus grand plaisir des loups habitant ces terres. Uniquement chez les Améthystes, la chaleur n'est pas au rendez-vous, et les températures ne dépasseront pas les 20°C. Pour tous les autres territoires, soit les Saphirs, Rubis, Émeraudes et Diamants, les températures dépasseront largement le seuil des 30°C, alors ne restez pas exposés au soleil trop longtemps!

Partagez| .

Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 25
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa] Dim 7 Juil - 21:34

L'air doux caressait son pelage. Il ferma les yeux quelques instants, savourant la tiédeur de ce soir d'été, laissant le vent ébouriffer son échine, comme une mère le ferait à son louveteau. Un léger sourire se dessina sur ses babines. Pourtant, le jeune loup aimait par-dessus tout la neige. Les grandes étendues blanche, la glace étincelante, les roulades dans la poudreuse, les courses, les glissades... Avec son pelage qui lui donnait parfois l'air d'une peluche, il ne craignait pas le froid. Cependant, depuis sa mésaventure dans la montagne, peu de temps auparavant, il n'était pas mécontent de fouler à nouveau l'herbe tendre des prairies et le souple tapis de feuilles et de mousses des sous-bois. Six jours. Six jours à errer dans le désert de neige, perdu au beau milieu de la montagne, sans rien à se mettre sous les crocs.

Mais, maintenant, il avait repris des forces. Il était de nouveau prêt à arpenter les pistes des forêt et à vagabonder dans les environs. Y compris sur les territoires des Rubis. Oui, il avait parfaitement conscience de ne pas déambuler sur les terres de sa meute, mais il n'en avait que faire. Mieux, il était venu volontairement. En effet, en tant que traqueur de la meute des Diamants, il se devait de se tenir informer de ce qui se passait aux alentours. Quitte à s'infiltrer sur les terres des voisins. Il ne cherchait pas à espionner, à retirer des informations secrètes des meutes. Non, il cherchait surtout à repérer les lieux pour commencer et à veiller qu'il n'y ait pas d'agitations suspectes dans les autres meutes qui pourraient laisser présager de mauvais évènements pour les dites meutes ou pour celle des Diamants.

Il ne connaissait pas vraiment les Rubis. Ni même les autres meutes. C'est à peine s'il connaissait la sienne. Il avait en effet vécu seul, à l'écart des siens, durant de nombreuses saisons. Récemment, il avait décidé de réintégrer sa meute et il prenait son rôle de Traqueur très à coeur. On lui avait rapidement parlé des Rubis avant qu'il ne parte. On lui avait dit de prendre garde, qu'ils n'étaient pas du genre à offrir des pâquerettes au nouveau venu. Qu'importe. On avait alors insisté. Les rubis étaient impulsifs et de redoutables combattants. Même ceux qui ne montraient pas les crocs au premier abords, il fallait s'en méfier... Je cours vite, avait plaisanté Atlas.

Le voilà donc, en plein territoire étranger, trottinant nonchalamment, la démarche souple et déliée, les yeux qui se posaient partout, repérant chaque détails de son environnement, mémorisant les lieux, repérant les cachettes éventuels. Tranquille, mais prudent.
*Cette fois, prends garde à ne pas trébucher sur la première racine venue...* railla, une fois encore, une voix dans sa tête.



C'est alors que devant lui, par delà une butte, quelque chose attira son attention. Il allongea la foulée et petit à petit, de l'autre côté de la butte herbeuse, un arbre s'éleva. Arrivé en haut du promontoire, il le vit en entier. Grand. Impressionnant. Ténébreux. Un arbre à l'écorce rougeâtre, comme si elle venait d'être saignée par une créature d'un autre monde. Aucune feuille, aucun bourgeon, comme si la mort avait pris place dans le tronc brûlé. Ses branches s'élevaient autour de lui, telles une multitudes de bras aux griffes acérées. Elles semblaient être prêtes à happer le premier qui oserait s'approcher du démon de bois.

Un frisson parcourut son échine. Atlas ignorait si les Rubis étaient bels et bien peu accueillants, mais en tout cas, il avait maintenant la certitude que c'était le cas de l'endroit où ils vivaient.



Soudain, un bruit sur le côté le fit sursauter. Il braqua son regard perçant sur des fourrés à une dizaine de mètres, et huma l'air. Zut, la brise soufflait dans la mauvaise direction. Mauvais hasard ou circonstances voulues par un prédateur réfléchi...
Les muscles tendus, prêts à une riposte ou à la fuite, selon la suite des évènements, les babines légèrement retroussées, par réflexe de méfiance, le loup au pelage immaculé se tenait prêt. Après un instant de silence, il finit par lâcher d'une voix calme mais assurée :


Qui va là ? Y'a quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
Darwin

Princess Meow. †
Bisoutubbies. ♪

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 4012
Date d'inscription : 30/12/2012
Age : 20
Localisation : Au pays du Choco', et des cauchemars. ♥

MessageSujet: Re: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa] Jeu 11 Juil - 16:43


Wilfa et Atlas

Le matin. Les premiers rayons de soleil et les premiers chants des oiseaux. Cette nuit – là, Wilfa avait pris la volonté d’aller dormir au pied d’un arbre, pas si loin des Rubis et toutes leurs tanières. Il faut dire que Wilfa aime bien la distance et vivre seule. Ce n’était pas une louve qui allait se lier des amitiés à gauche et à droite. Non. Elle n’a jamais cru en l’amitié et encore moins à l’amour. Avec son caractère bien trempé, il est assez dur de se faire aimer. C’est sûr. Enfin bon, revenons à notre louve et laissons tout ça de côté. Doucement, Wilfa fut réveillé par les chants des oiseaux qui s’étaient perchés sur la branche au – dessus de la rubis. Agacée par leur cui – cui agaçant, elle décida de se lever une bonne fois pour toute. Elle grogna dans le vide et se secoua fortement pour enlever toute la poussière qui était venue se poser sur son poil. Une brume de poussière se forma autour d’elle avant de se déposer délicatement sur le sol terreux. Son ventre criait la faim et sa gorge criait la soif. Il était donc l’heure de faire une petite partie de chasse et trouver de quoi apaiser sa soif. Elle jeta son regard un peu partout et remarqua que quelques rubis avaient déjà trouvé de quoi manger et se nourrissait. Cela persistait sa faim. Le fait de sentir l’odeur de la viande fraîche lui mettait l’eau à la bouche. Et elle se sentait plus motivée pour chasser. Dans un petit élan, elle s’éloigna du camp des rubis au petit trot et mit son flair à l’épreuve. Aujourd’hui, elle voulait rester sur ses territoires. Hors de question d’aller sur les autres territoires pour encore faire des rencontres. Elle commençait à en avoir plus qu’assez de voir de nouvelles têtes. À chaque fois, c’était pareil. Tout le monde lui demandait son nom alors que cela ne changera totalement rien à leur vie. Voilà que ce c’était la vision des choses venant de Wilfa. Une vraie dure à cuire qui ne pense qu’à elle et sa petite personne. Égoïste. Qui ne veut jamais rien partager. Parfois, c’est même dur d’essayer de la comprendre mais elle s’est très bien que tout ce qu’elle dit est simplement la pure vérité et rien d’autre.

Continuant de trotter entre les arbres, elle sentait qu’elle s’approchait petit à petit du fameux Arbre Ensanglanté. L’arbre qui avait tout d’extraordinaire. Enfin … Pour elle, bien évidemment. Mais elle était plus concentrée à apercevoir un lapin ou quelque chose pour se mettre sous ses crocs et calmer sa faim. Son ventre dégageait des petits bruits de gargouillements. Pourtant, hier elle s’était bien nourrie avant d’aller dormir au pied de l’arbre. Elle avait le ventre bien plein et ce matin on aurait dit qu’elle n’avait rien mangé depuis des jours. Léchant ces babines, elle sentit une proie. Quelque chose de mangeable. Suivant l’odeur en trottinant, elle trouva un faisan. Mais pas n’importe lequel. Un faisan déjà blessé à son aile gauche. C’est parfait. Elle aura à faire moins d’effort et si ce n’est pas elle qui le chasse, ce sera quelqu’un d’autre. Et Wilfa avait assez faim pour ne pas louper cette chance pareille. Elle s’immobilisa un instant, non loin de l’oiseau, et le regarda quelques minutes. Oui, il était bel et bien blessé. Soudain, elle passa à l’acte. Elle sauta sur la proie choisie et ne la quitta pas des yeux. Cette dernière courait dans tous les sens en essayant de battre des ailes pour tenter de prendre son envol. Wilfa ne le perdait pas des yeux malgré le fait de tourner partout. Parfois même en rond. Quelques minutes après, elle réussit enfin à l’avoir. Pour évite de faire souffrir la pauvre bête, la rubis lui mordit fortement le cou et la proie quitta notre monde sans une seconde de plus. Ses babines étaient tâchées de sang. Elle redressa sa tête et passa un coup de langue sur chacune d’entre elles. Puis, elle prit l’oiseau entre ses crocs et continua sa route au petit trot. Elle préférait encore aller s’isoler loin des rubis pour ne pas se faire piquer son petit déjeuner. De toute façon, que quelqu’un le fasse et il mangera à son tour le sol. Wilfa avait horreur qu’on lui prenne sa propre nourriture alors qu’elle s’est fatiguée à la trouver et à la tuer. Le sentit qu’elle emprunta était parsemé de petit gravier blanc et des fougères tout autour. De gros buisson bien épais. Il serait dure d’y passer à travers pour aller de l’autre côté. Prenant la transition au pas, elle continua d’avancer avec le faisan dans la gueule. Mais quelque chose attira très vite son intention. Elle n’était pas seule. Une odeur de loup inconnu vint lui chatouiller les narines. Un diamant. Pas très loin d’elle. Tournant la tête à droite, elle remarqua très vite que derrière ces buissons se trouvait l’arbre ensanglanté. Mais pas seulement. L’odeur aussi se trouvait de l’autre côté. Elle s’approcha un peu et tenter de voir quelque chose. Bingo. Un loup blanc qui n’avait rien à faire ici. Fronçant légèrement les sourcils, elle décida de s’en approcher et de lui faire comprendre avec les mots qu’il n’a rien à faire ici. Avec beaucoup de peine, elle réussit à passer la moitié de son corps. Sa tête étant à l’intérieur du buisson. Elle posa alors sa proie. Mais Wilfa n’avait tellement pas été discrète que le loup inconnu se tourna vers le bruit et se mis sur ses gardes. La rubis en avait rien à faire de ses babines retroussées ou non. Elle l’observa à travers les branches et les feuilles. L’inconnu prit alors la parole.

- « Qui va là ? Y'a quelqu'un ? »

Elle ne répondit pas et sortit complètement de son buisson. La louve se redressa devant lui. Ce qu’elle aimait faire avec les inconnus, c’est se gonflé un peu plus. Naturellement, elle possédait déjà une grande force pour une femelle et sa masse corporelle était plus développée qu’une femelle standard. Pareil pour la taille. Mais le fait de se relever un peu plus l’amusait.

- « Qu'est - ce qu'un diamant vient faire ici ? Tu as perdu ton chemin ? »

Le vouvoiement n’existait pas pour elle. Elle prenait directement le tutoiement, quoi qu’il en soit. Sa voix était rauque et sèche. Ce qu’elle voulait dire dans sa phrase s’était de savoir pourquoi un diamant avait pointé son museau ici. Il est dangereux de s’aventurer chez n’importe qui. Il pourrait y laisser sa vie si d’autre rubis le repère. Mais cela est son problème. Après tout, Wilfa ne protégera personne. Le jour où elle protégera quelqu’un appart sa sœur, se sera le jour où la neige sera noire. Son regard perçant fixa celui de l’inconnu. Elle ne quittera pas des yeux, quoi qu’il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 25
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Re: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa] Lun 15 Juil - 15:03

Des fourrées frémissantes, sortit enfin un loup. Enfin, une louve plutôt. La brise s'était apaisée, comme si le vent n'osait plus souffler en présence de cette inconnue et cette dernière était assez proche pour qu'Atlas reconnaisse une odeur de femelle. Pourtant, elle semblait assez grande et plutôt impressionnante pour un loup de la gente féminine. Il continuait de la détailler quand elle l'interpella :

Qu'est-ce qu'un diamant vient faire ici ? Tu as perdu ton chemin ?


Son ton était sec et austère. Atlas jeta un coup d’œil amusé à l'arbre. Celui-ci et la louve avait le même accueil chaleureux... Il reporta son attention sur la nouvelle venue. Probablement une Rubis d'ailleurs. Une pointe d'anxiété mêlée à de l'excitation fit frissonner son cœur. Qu'étaient ces intentions ? Le combat n'était pas son fort. Et face à cette femelle robuste qui était, de surcroit, sûrement très entrainée, il n'avait aucune chance. Boaf, il courait certainement plus vite qu'elle, non ? En même temps, il était content de faire cette rencontre. Qu'importe s'il était accueilli par cette louve, comme une mouche qui viendrait voler autour de son morceau de viande, au moins il allait pouvoir se rendre compte par lui-même du caractère glacial des Rubis.

Bon, alors que lui répondre ?
*Pourquoi pas : "Oh, bien le bonjour, je viens repérer les lieux afin d'être plus efficace dans mes missions futures si j'ai à venir ici. Comme ça, si les Diamants veulent vous espionner et bien je me ferai une joie de le faire ! Au fait, je n'ai aucune aptitude au combat, donc si vous avez une petite faim, je suis certain que ma viande est savoureuse..." Hein ? Tu peux lui dire ça, histoire de lier amitié avec cette ravissante demoiselle ! *
Toujours cette maudite voix criarde dans sa tête ! Quand donc allait-elle le laisser en paix ? ...
Bon, en tout cas, il n'avait aucune excuse quant à sa présence ici et mieux valait ne pas inventer d'histoires rocambolesques. Qu'elle soit agressive ne voulait pas dire stupide. Enfin, pas forcement. Autant être honnête... sans pour autant tout dire. Il se pencha en une révérence extravagante, plus ironique que respectueuse tout en lui répondant un vague sourire aux babines :


Bonjour à vous aussi. J'ignorais qu'il fallait une raison pour se promener, ajouta-t-il d'un ton légèrement sarcastique.

Il détacha son regard de la louve et fit tranquillement le tour de l'arbre en le regardant distraitement.

Je vagabondais juste dans les environs. Je traversais une forêt sombre lorsque je me suis rendu compte que c'était le territoire des Saphirs, j'ai alors continué de trottiner toute la fin d'après-midi afin d'en sortir. Et ce matin, j'ai repris la route et je n'ai pas senti d'odeur de Saphirs depuis. J'ai du réussir à sortir de leur terres. Ici, il y a bien sûr d'autres marques de loups, mais rien que je reconnaisse. J'ai du parvenir à atteindre les terres libres, je suppose.

Bien sûr qu'il savait qu'il était chez les Rubis, mais autant jouer l'imbécile naïf. Peut-être qu'elle s'en rendrait compte, mais elle n'en avait aucune preuve.
*J'espère pour toi qu'elle ne tue pas les idiots... pourtant ça ferait du ménage !*
Il ajouta, sans laisser de silence :


Et vous ? Vous visitez, jolie demoiselle ?

*Bien sûr, elle visite... Je suis pas sûr que ce soit une bonne idée de l'énerver, mon vieux. T'as intérêt à te tenir prêt à filer vite...* siffla sa voix intérieur.
Il arrêta de regarder l'arbre et posa le regard sur sa congénère qui était bien plus grande et plus imposante que lui. Son coeur accéléra encore le tempo, l'inquiétude lui serra les entrailles, mais il parvint encore à conserver une apparence sereine et insouciante.
Revenir en haut Aller en bas
Darwin

Princess Meow. †
Bisoutubbies. ♪

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 4012
Date d'inscription : 30/12/2012
Age : 20
Localisation : Au pays du Choco', et des cauchemars. ♥

MessageSujet: Re: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa] Mer 17 Juil - 15:42


Wilfa et Atlas

Après la question agressivement posée par Wilfa, le mâle ne semblait pas vouloir répondre. Comme s’il était muet. Patiente, elle attendit une réponse. Et une vraie. Pas une qui serait très vite posée et qu’il parte sans même avoir appris ce que c’était de s’aventurer chez les rubis. Mais il semblait être occupé à jeter son regard sur l’arbre et ensuite sur la femelle. Curieuse, elle regardait le même objectif que le diamant dès qu’il s’empresser de distinguer l’arbre qui s’élevait au – dessus de lui. Le silence s’imposa encore plus. Cette fois – ci, la rubis commençait gentiment à s’impatienter. Elle n’aimait pas vraiment parler dans le vide. Comme la plupart des loups, certainement. C’était très désagréable de s’adresser à une personne sans que celle – ci puisse répondre dans les deux minutes qui suivent. C’est alors qu’il commença à se pencher lentement en avant. Qu’est – ce qui faisait ? Une révérence. Mais elle ne semblait pas être si sincère que ça. Au contraire. Légèrement surprise, Wilfa grimaça. Depuis quand on lui fait ça ? Jamais. Jamais on ne se comporte de la sorte avec elle. Lui faire une révérence était du jamais vu dans sa vie. Il est vrai qu’avec son caractère de chieuse, elle n’a presque aucun respect venant des autres.

- « Bonjour à vous aussi. J'ignorais qu'il fallait une raison pour se promener. »

Tiens. Rien que la première phrase sortie de sa gueule ne semblait être dans un ton sympathique. Gardant son silence, elle l’observa s’avancer vers l’arbre et tourner autour tout en le contemplant.

- « Je vagabondais juste dans les environs. Je traversais une forêt sombre lorsque je me suis rendu compte que c'était le territoire des Saphirs, j'ai alors continué de trottiner toute la fin d'après-midi afin d'en sortir. Et ce matin, j'ai repris la route et je n'ai pas senti d'odeur de Saphirs depuis. J'ai du réussir à sortir de leur terres. Ici, il y a bien sûr d'autres marques de loups, mais rien que je reconnaisse. J'ai du parvenir à atteindre les terres libres, je suppose. »

Les terres libres ? Mon gars, tu fais une grosse erreur. Mais ça, il le savait lui – même. Bien tenté le coup du " je ne sais pas où j’ai atterrit ". Wilfa continuait à le regarder sans rien dire. Comme si ses babines étaient scotchée et sa mâchoire impossible de bouger pour dire la moindre chose. Mais très vite, sans laisser le silence planer, le mâle reprit la parole.

- « Et vous ? Vous visitez, jolie demoiselle ? »

Ne se laissant pas bercer par le petit surnom de la fin, elle fit deux, trois pas en avant et regarda à son tour le sommet de l’arbre. Cet arbre est seulement la pure beauté des rubis. Enfin … C’est ce qu’elle pensait. Vous savez comment elle est, hein. Elle se détacha de l’arbre du regard et regarda le loup blanc. Aussi blanc que la neige en elle – même.

- « Non, je suis chez moi. » Une petite pause s'imposa avant de reprendre. « Et tu es sur les terres des rubis. Qu'est - ce qui t'a amené ici ? »

Bien évidemment, son ton ne changea pas. Toujours aussi sec, froid et rauque.
Revenir en haut Aller en bas
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 25
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Re: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa] Mer 31 Juil - 22:12

HRP:
 

Ne la voyant pas bouger d’un poil durant tout son blabla, Atlas fut presque soulagé lorsqu’elle s’avança dans sa direction. Enfin, plutôt dans la direction de l’arbre, car c’est bien la cime de celui-ci qu’elle regardait. Il crut voir une lueur fugace dans ses yeux. Elle semblait voir dans cet arbre plus qu’une écorce calciné, qu’un étrange géant de bois aux griffes menaçantes. Il jeta à nouveau un coup d’œil à l’arbre ensanglanté. Il avait un certain charme macabre, une élégance sinistre. Peut-être cet arbre évoquait-il quelque chose pour elle… Il n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longtemps car elle détacha son regard de l’étrange être pour le poser sur Atlas.

Non, je suis chez moi, lâcha-t-elle. Puis, elle reprit après une courte pause : Et tu es sur les terres des Rubis. Qu’est-ce qui t’a amené ici ?


Bon, c’était bel et bien une Rubis. Bien qu’il s’en était douté. Son ton sec ne fit que le confirmer. Il prit un air surpris, remerciant l’esprit des loups de lui avoir donné une enfance durant laquelle il avait du apprendre à jouer la comédie :

Sur les terres des Rubis, vous dites ?

Il la regarda avec des yeux ronds, puis, fronça les sourcils en portant son regard sur le sol, comme s’il réfléchissait. Après un court moment de pause, il continua :

Je vois… J’aurai peut-être du prendre plus à l’Est, marmonna-t-il pour lui-même, mais de façon assez audible pour qu’elle entende. Et bien, je vous demande pardon, ajouta-t-il à l’adresse de la louve, sincèrement. Je ne voulais pas arriver ici. Je cherche seulement à découvrir un peu les terres qui m’entourent, mais je ne pensais pas m’introduire dans celle d’une autre meute.

Il prit un air gêné, ce qui n’était pas vraiment faux, puisqu’il était bien embêté d’être reçu de la sorte. Il inclina la tête, en signe d’excuse. Il espéra au fond de lui qu’elle goberait sa comédie ou du moins qu’elle fasse semblant d’y croire et qu’elle ne pose pas trop de questions. Elle n’avait pas l’air idiote, elle se douterait sans doute de sa mauvaise foi, la question était maintenant de savoir si elle était du genre à planter ses crocs dans ce qui voulait la duper sans chercher plus loin ou si elle était disposée à parler un peu… quitte à ce que ce soit des menaces !

Mais, peut-être que… hésita-t-il, je me disais que maintenant que je suis ici, peut-être pourriez-vous me faire découvrir vos terres ? Elles doivent être… majestueuses, finit-il par trouver en regarder l’impressionnant arbre qui les surplombait. Je suis curieux de voir de nouvelles étendues et vous me semblez être la plus à même de mettre en valeur les beautés de votre territoire.

La défense est bien organisée, mais il évite les tacls, il se faufile entre les défenseurs, tente un tir… va-t-il marquer ?... Il espérait que la curiosité de la louve soit plus forte que son agacement, et qu’elle préfèrerait parler (quitte à refuser sa proposition, ce dont il se doutait bien) plutôt que de lui enfoncer les crocs dans sa gorge immaculée pour le faire taire.
Il lui lança un large sourire, sincère cette fois. Elle y est sûrement insensible, pensa-t-il, mais qui sait, si cela pouvait jouer en sa faveur …
Revenir en haut Aller en bas
Darwin

Princess Meow. †
Bisoutubbies. ♪

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 4012
Date d'inscription : 30/12/2012
Age : 20
Localisation : Au pays du Choco', et des cauchemars. ♥

MessageSujet: Re: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa] Lun 19 Aoû - 20:51

.Wilfa & Atlas.

Ce loup me semblait de plus en plus étrange. Je ne sais pas pourquoi et je ne le saurais peut – être jamais. Quoi qu’il en soit, il se trouve chez moi et j’ai une sale horreur de voir des inconnus pénétré dans les terres qu’ils ne leur appartiennent pas. L’air surpris du diamant m’incita à le regarder de haut en bas. Oui, il était bien un diamant et ça sentait à plein nez. Pour ma part, je gardais le silence avant que l’inconnu fasse le premier pas pour reprendre la parole à son tour.

- « Sur les terres des Rubis, vous dites ? Je vois … J’aurai peut-être du prendre plus à l’Est. Et bien, je vous demande pardon. Je ne voulais pas arriver ici. Je cherche seulement à découvrir un peu les terres qui m’entourent, mais je ne pensais pas m’introduire dans celle d’une autre meute. »

Et bien … Ça sent aussi le nouveau à plein nez. Alors comme ça, monsieur voulait simplement se promener et comme par hasard, il arrive ici. Je ne sais pas pourquoi, mais je sentais quelque de louche là – dedans. Mais bon. J’étais quand même assez sympathique pour entendre son blabla qui ne semblait jamais se terminer. Il est sûrement grand temps d’expliquer au nouveau qu’ici ce n’est pas chez eux et qu’ils ne peuvent en aucun cas venir quand il le souhaite. Je sentais que ce mâle cherchait les plus brèves excuses pour tenter de s’échapper aussi facilement. Pour rassurer grand monde, je n’ai aucune l’intention de me jeter dessus pour le plaisir. Mais si, comme à mon habitude, cela m’intéresse grandement. Pouvoir le martyriser comme la plupart des loups que j’ai rencontrés depuis. D’ailleurs, je pense qu’un jour ils me feront tous la peau et j’en rirais de ce jour J. Je n’avais pas peur de conséquence de mon sale caractère. Au contraire. J’aimais jouer la chieuse et ça me reflétais beaucoup. C’était moi. La vraie moi. Si j’aurais décidé de rester dans ma meute natale, celle des saphirs, je crois qu’on m’aurait remis en place et je serais autrement à l’heure qu’il est. Peut – être celle dont je n’ai jamais voulu être. Avoir eu l’esprit qui sombrait petit à petit m’a permis d’ouvrir les yeux. Aujourd’hui j’aime jouer la méchante, la sadique, la sans – cœur et j’en passe. Comme je le pense souvent, soit ils me prennent tel que je suis, soit ils laissent tous tomber et on passe à autre chose. À ce moment – là j’étais tellement noyée dans mes pensées, que j’avais presque plus le sentiment de parler à quelqu’un. Comme si j’étais seule. Je fixais un point, perdue dans mes propres pensées. Jusqu’au moment où le diamant me sortit complètement de mes pensées.

- « Mais, peut-être que … Je me disais que maintenant que je suis ici, peut-être pourriez-vous me faire découvrir vos terres ? Elles doivent être … majestueuses. Je suis curieux de voir de nouvelles étendues et vous me semblez être la plus à même de mettre en valeur les beautés de votre territoire. »

Alors là, je crois que c’était la première blague que j’avais entendue de la journée. Monsieur voulait que je l’aide à visiter nos territoires ? Les territoires inconnus ? Je ne sais pas comment prendre ça. Peut – être en me tordant de rire. Ce dernier me nouait l’estomac. Je fus très surprise aussi, sur le coup. Jamais on ne m’a proposé une chose pareille. Je continuais de le regarder, espérant que c’était une blague. Mais en fin de compte, on voyait clairement que sur son visage d’ange, s’en n’était pas une. Je regardais un peu autour de moi, avant de prendre ainsi la parole, lui tendant une réponse.

- « Ça ne sera pas nécessaire. Tu reprends le même chemin dont tu as emprunter pour venir ici et tu rentre tranquillement chez toi. D'accord ? »

Je n’avais aucun sourire et mes paroles étaient moins froides que celles du début. Autant dire que j’ai fait un effort. Et un gros ! Moi, Wilfa sourire et être gentille ? Non, jamais. Ce serait une chose incroyable le jour où ça m’arrivera vraiment. Mais pour le moment, ce n’étais pas le cas. Je continuais de regarder le diamant, attendant une réaction de sa part. Est – ce qui allait le prendre mal ? Sûrement. Il faut dire que j’ai le sacré don de faire craquer les plus sages. Et ça, ça m’amusait encore plus.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Atlas


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 67
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 25
Localisation : Dans un pitit village, perdu, quelque part en Bretagne... :)

MessageSujet: Re: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa] Mer 28 Aoû - 10:15

Pendant qu'il déblatérait ses excuses, il observa que la louve semblait ailleurs. Elle n'avait visiblement cure de son blabla. Pas dupe donc. Mais, elle ne s'en offusquait pas pour autant. Au contraire, cela semblait la plonger dans des pensées qu'il ne pouvait soupçonner. Ce ne fut que lorsqu'il lui demanda d'être son guide qu'elle revint dans leur monde. Elle eut l'air surprise. Bon ok, il y était allé au culot, mais au moins, il avait eu le plaisir de la prendre de court. Il sourit intérieurement. Elle ne s'attendait certainement pas à ça. Elle regarda autour d'elle. Gêne, hésitation, agacement ? Il scrutait la louve essayant de la comprendre, mais elle était trop fermée et ne laissa pas paraître ses intentions si facilement.

Ça ne sera pas nécessaire. Tu reprends le même chemin dont tu as emprunté pour venir ici et tu rentre tranquillement chez toi. D'accord ?

Ses mots vint planter une lame de déception dans le coeur d'Atlas. Il n'était pourtant pas surpris de cette réponse. Cependant, le ton de la louve était moins... glacial qu'auparavant. De là à dire qu'elle était aimable, non, il ne fallait pas abuser. Cependant, il ne put s'empêcher de penser que, peut-être, elle ne détestait pas tant que ça sa présence. Était-elle profondément froide, méchante et austère ? Ou y avait-il, au fond, une envie de compagnie ? Il n'allait pas jusqu'à dire qu'elle pouvait être gentille et chaleureuse, cela il ne pouvait en juger, il venait à peine de la rencontrer. Mais, il savait par expérience qu'être désagréable ne signifiait pas forcement détester la présence d'autrui. Etant jeune, il avait connu un loup qui était exécrable avec tous, mais au fond, il appréciait la compagnie. Bien entendu, jamais il ne l'aurait avoué et il se gardait bien d'être agréable, mais le louveteau qu'était Atlas l'accompagnait régulièrement. Il se faisait sans cesse rabrouer mais le vieux loup lui avait raconté quelques unes de ses aventures de jeunesse et lui avait montré quelques astuces de chasse non sans l'incendier à chaque chose qu'il faisait et en le traitant sans cesse d'incapable. Le petit Atlas ne prêtait guère aux méchancetés et appréciait le vieux loup bougon qui malgré tout lui apprenait des choses.
Il regarda la louve et se dit, avec une pointe de tristesse, qu'il se trompait peut-être. Elle n'était peut-être pas comme ce vieux loup. Pourtant, il ne savait pourquoi, il n'avait pas envie de partir. Peut-être lui rappelait-elle cette vieille rencontre. Il n'en savait rien, mais ce dont il était sûr c'est qu'il aurait bien aimé passé un peu de temps avec elle. Probablement ne voudrait-elle pas, mais il tenterait une dernière fois avant de laisser tomber et de partir d'où il était venu.

Si c'est ce que vous désirez le plus, je m'en irai. Pourtant...

Il prit un air déçu en jetant un coup d’œil à l'arbre.

...  j'aurai tant aimé en découvrir plus en ces terres. Elles dégagent quelque chose de, comment dire... particulier, ... mystique. J'adore voyager et quand je vois cet arbre, je me dis qu'il doit y avoir d'autres choses surprenantes en ces terres.

Il reporta son regard sur la louve.

Ce que votre venue n'a fait que confirmer.

Il tenta de sourire à nouveau, mais qu'une seule babine bougea et donna un pauvre sourire un peu triste. Il essaya de paraître plus joyeux, mais il ne parvint pas à faire disparaître la pointe de déception dans son regard. En effet, il craignait trop le refus pour garder sa bonne humeur habituelle. Il tourna la tête derrière lui pour voir d'où il était venu. Il n'était bien entendu pas perdu et savait comment rentrer en ses chères terres enneigées.
Revenir en haut Aller en bas
Darwin

Princess Meow. †
Bisoutubbies. ♪

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 4012
Date d'inscription : 30/12/2012
Age : 20
Localisation : Au pays du Choco', et des cauchemars. ♥

MessageSujet: Re: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa] Dim 1 Sep - 13:49

HRP:
 
.Wilfa & Atlas.

- « Si c'est ce que vous désirez le plus, je m'en irai. Pourtant ... J'aurai tant aimé en découvrir plus en ces terres. Elles dégagent quelque chose de, comment dire ... Particulier, ... Mystique. J'adore voyager et quand je vois cet arbre, je me dis qu'il doit y avoir d'autres choses surprenantes en ces terres. Ce que votre venue n'a fait que confirmer. »

Wilfa l’écoutait sans même prendre en compte ces paroles. Alors comme ça, le diamant voulait jouer aux explorateurs ? Pas mal. Mais cela ne faisait ni chaud ni froid à la jeune gardienne des rubis. Le diamant contempla encore l’arbre ensanglanté qui se dressait à ses côtés. Il dégageait quelque chose d’étrange pour Wilfa. Mais elle ne savait pas vraiment ce que c’était. Comme s’il ne ressentait rien d’être ici, dans ces terres. Des terres qui appartiennent quand même aux sanguinaires de Wolf Temporal. Il avait l’air tellement tranquille et ses mots étaient si calmes. La rubis écouta son baratin avant de faire un roulement de yeux. Ce qu’il disait ne l’intéressait pas. Les grands explorateurs, ce n’était pas son domaine. Le mâle, encore au nom inconnu pour Wilfa, prit une mine triste avant de sourire à nouveau. Mais pas un simple sourire. Un sourire qui penchait que d’un côté. À moitié heureux, et moitié triste. Ces sentiments, la gardienne ne les plus ressentis depuis fort longtemps. La pitié, la joie, l’humour ou encore ce que c’était de se faire apprécié. Petite, c’était une petite loupiotte qui aimait tout le monde. Qui passait la plupart de ses journées à s’amuser avec ces amis. Elle aimait chérir tout le monde et on pouvait entendre son petit rire d’enfant. Un rire qui résonne encore dans la mémoire de ses parents. Juste, une simple petite saphir parmi tant d’autre. Mais du jour au lendemain, c’est comme si elle s’était prise un coup sur la tête. Elle a commencé à se moquer des autres puis ça a suivi à la désobéissance envers ces parents. Et ensuite envers n’importe qui. Elle montrait de moins en moins l’envie de s’amuser. Ses deux frères essayaient de lui redonner cette envie de voir des papillons partout et de rester comme elle était. Mais rien n’y a fait. Rien du tout. Et à son adolescence, elle quitta le nid plus tôt que prévu, après ses deux frères. Le nid s’était vite vidé, mais vite remplis aussi. Une deuxième portée avait vu le jour. Une fille et un garçon. De nos jours, les deux grands frères n’ont plus donné de nouvelle ni son petit frère, à Wilfa. Elle reste seulement en contact avec sa sœur, sûrement la seule pour qui la rubis peut risquer sa vie. Son enfance fut assez compliquée mais on s’en sort toujours. Elle n’a plus de nouvelle de ses parents, sûrement encore chez les saphirs à l’heure qu’il est. Une gentille saphir est tout simplement devenu une chieuse des rubis. En un claquement de doigt, il faut dire.

Bref, revenons à nos moutons. Wilfa était toujours dressée devant le mâle qui, lui, tentait de chercher n’importe quelle excuse possible pour rester sur les terres des rubis. Mais rien ne changera l’avis de la femelle. Elle gardait toujours en tête qu’ici c’était chez elle et chez personne d’autre. On ne dirait peut – être pas à première vue, mais elle peut être très protectrice envers des raisons valables pour elle. Regardant de haut en bas le diamant, elle ne savait pas quoi répondre. Ou alors, elle préférait simplement ne pas répondre et lui faire comprendre avec le regard qu’il fallait qu’il parte, sans discuter un peu plus. Mais sa mine triste était tellement hésitante … Sauf que, comme dit plus haut, cela ne faisait ni chaud ni froid à Wilfa. Peu importe les expressions des visages, elle n’en a absolument rien à faire. Hésitant à répondre, elle finit quand même par montrer un peu plus de gentillesse, même si cela ne lui ressemblait pas du tout.

- « Que veux-tu réellement, explorateur ? Je n'ai pas confiance en toi, sachant que tu viens des diamants. Ne me déçois pas. Ce n'est qu'un conseil. »

Au moins, c’était clair et net. Elle n’est pas passée par quatre chemins, elle est allée droit au but. Ce mâle venait des diamants. Même si une alliance était prévue, elle restait sur ces gardes. On ne savait jamais. Qui ne nous disait pas que c’était un simple espion pour prendre connaissance chez eux ? Le regarde de la gardienne devenait de plus en plus méfiant. Si le moindre faux pas est fait, elle n’hésitera pas. Pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa]

Revenir en haut Aller en bas

Promenade sur des terres ô combien accueillantes... [PV Wilfa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Combien de sp
» Promenade avec minidou
» Qu'est ce qu'on va s'ennuyer en Terres Immortelles...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Temporal :: Archives RP-