Wolf Temporal
Bonjour et bienvenue sur Wolf Temporal Invité ! Si vous avez la moindre question n'hésitez pas, le staff est toujours disponible et a votre écoute. Surtout amusez vous bien et surtout que le rp soit avec vous !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'été persiste sur les territoires Temporaliens, pour le plus grand plaisir des loups habitant ces terres. Uniquement chez les Améthystes, la chaleur n'est pas au rendez-vous, et les températures ne dépasseront pas les 20°C. Pour tous les autres territoires, soit les Saphirs, Rubis, Émeraudes et Diamants, les températures dépasseront largement le seuil des 30°C, alors ne restez pas exposés au soleil trop longtemps!

Partagez| .

La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ombra


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 406
Date d'inscription : 13/08/2012
Age : 24
Localisation : entre les vagues de l'atlantique et les sommets des pyrennées^^

MessageSujet: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Ven 7 Juin - 14:07

Le chant des oiseaux emplissait de nouveau la forêt. Loin au-dessus du sol, ils chantaient inlassablement, accompagnés par le souffle du vent qui se faufilait dans les plus hautes frondaisons des arbres. Le ciel s’était montré clément ces derniers jours, offrant aux terres de Wolf temporal un soleil radieux et généreux, contrastant radicalement avec la rudesse de l’hiver. Le printemps était enfin revenu. Dans un recoin de la forêt sombre, au cœur d’un sous-bois humide qui ne laissait percer que quelques rayons de lumière, la louve blanche arrachait précautionneusement les toutes jeunes pousses de grande mauve, dont les jeunes fleurs lui seraient très utiles dans la concoction de ses remèdes, et dont la tige cédait avec un bruit sec sous ses crocs. Le vrombissement typique des ailes d’un bourdon vint frôler son oreille gauche, et dans un réflexe d’agacement, elle ébroua sa tête et sa crinière blanche afin d’éloigner l’intrus. Elle n’avait rien de particulier contre les abeilles et autres bourdons, mais leur bruit de vol caractéristique et puissant l’empêchait d’entendre correctement tout ce qu’il se passait autour d’elle. Elle qui s’appuyait énormément sur son ouïe pour compenser sa vue, rien ne l’ennuyait au plus au point qu’un bruit qui couvrait tous les autres.

Une fois sa récolte faîte, elle prit délicatement son butin dans sa gueule et partit en direction du sud, vers la tanière où elle cachait le fruit de son travail. Bien qu’elle connaisse le chemin par cœur, elle marchait doucement, posant ses pattes l’une après l’autre, afin de déjouer la chute que pourrait lui causer une branche tombée pendant l’hiver sous le poids de la neige. Chemin faisant, elle songeait que le rêve de tout druide était de ne jamais avoir à se servir de ces plantes médicinales, d’avoir une meute en bonne santé et que, ironiquement, tout druide souhaitait être inutile en quelque sorte. Inutile. Ce mot, elle le connaissait bien. Depuis sa naissance, on lui avait fait comprendre que ses actions pour le bien de la meute seraient toujours limitées, voire inexistantes. En grandissant, elle s’était faite à l’idée de ne jamais déranger les autres, de faire son travail de druide lorsqu’on lui demandait, de se faire discrète et, souvent, de se faire oublier. Mais quelques semaines auparavant, une rencontre inattendue lui avait fortement marqué l’esprit. Alors qu’elle s’était isolée comme à son habitude, entre les hautes haies du labyrinthe des souvenirs, un puissant loup était venu vers elle et, au lieu de l’ignorer et de passer son chemin, s’était allongé à ses côtés. La discussion qu’ils eurent à ce moment-là, sans doute ne l’oublierait-elle jamais. Daeron lui avait parlé comme aucun loup ne lui avait jamais parlé, s’adressant à elle avec simplicité et franchise ; faisant fi de son handicap jusqu’à lui dire qu’elle était un atout pour les saphirs. Sur le moment, elle en avait été chamboulée, et, encore aujourd’hui, bien qu’elle fut touchée par ses paroles, elle avait peine à le croire. Par contre, elle-même était certaine des qualités de Daeron et elle voyait en lui en grand alpha qui marquerait certainement l’histoire de la meute du courage. Mais ce qui l’avait le plus ému était le fait que Daeron lui fasse confiance. Il était sans doute le premier loup à compter sur elle avec autant d’appui et de certitude ; et elle espérait ne pas le décevoir.


Elle descendit la pente au pied de laquelle se trouvait sa tanière et y déposa le fruit de ses récoltes. Les murs de la dite tanière étaient recouverts de pierre et de galets, ce qui permettait entre autre, de mieux conserver les plantes médicinales, que la chaleur et l’humidité de la pierre avaient tôt fait d’amener à pourrir. Ombra resta quelques instants dans sa planque afin de remettre un peu d’ordre et de s’assurer que ses plantes étaient toujours utilisables en retirant celles qui risquaient désormais plus d’empoisonner que de guérir les loups qui demanderaient son aide. Lorsqu’elle sortit à l’air libre, le grondement sourd de quelque chose qui dévalait la pente l’alerta. Elle se tapit en se reculant afin de s’abriter à l’entrée de la tanière, plaquant ses oreilles sur sa tête dans un réflexe craintif. Plusieurs animaux déboulèrent ainsi, certains poussant même l’audace, ou alors simplement car leur vitesse les empêchaient de faire autrement, en allant jusqu’à sauter par-dessus l’entrée de la cachette de la druide.
Une dizaine de wapitis femelles, accompagnées de leurs petits et de jeunes mâles, dévalèrent ainsi la pente, frappant le sol de leurs sabots dans un bruit de tonnerre, avant de disparaître parmi les arbres. S’ils venaient de sortir du champ de vision de tout loup qui se respecte, ils étaient encore présents pour Ombra, qui suivait d’une oreille attentive leur déplacement hâtif. La louve au pelage de neige fit quelques pas à l’extérieur puis s’arrêta sous un grand chêne dont les racines épaisses surgissaient par moment du sol comme les bras d’une pieuvre. Le groupe de cervidés se dirigeait vers la grande clairière située dans la partie Ouest de la forêt, et où, à n’en pas douter par l’attrait qu’elle avait pour les herbivores, l’herbe était particulièrement succulente. Le troupeau avait visiblement décidé d’y passer la soirée comme tant d’autres proies en cette fin de journée printanière. Une aubaine pour la meute dont l’hiver avait rapidement vidée la réserve de nourriture. Dans un réflexe inscrit au cœur de son instinct de chasseur, elle rejeta la tête en arrière avant de pousser un long hurlement rauque mais mélodieux, appelant ainsi la meute à la rejoindre. Le crépuscule serait consacré à la chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Sam 8 Juin - 17:46

Vanille se promenait dans les bois quand elle entendit le hurlement d'un loup, ou plutôt d'une louve, c'était le hurlement d'Ombra. Elle ne connaissait pas tous les noms des membres de la Meute mais elle connaissait Ombra, la druide des Saphirs. Ombra appelait à la chasse, c'était bientôt le crépuscule, Vanille se dit qu'elle avait dû repérer des proies et avait donc prévenu les autres.

Vanille entendait distinctement le hurlement. Ombra devait être tout près. Vanille se mit à courir à travers la forêt pour arriver enfin devant la tanière d'Ombra. Une louve blanche et majestueuse était assise devant cette tanière. Vanille la regarda puis dit d'une voix qu'elle voulait assez adulte pour ne pas se ridiculiser devant la druide:

_ Bonjour Ombra, comment allez-vous?

Vanille ne tutoyait pas Ombra, non pas parce qu'elle ne voulait pas être amie avec elle, non, mais parce que Vanille respectait énormément son travail et ne voulait pas lui paraître désobligeante.
Revenir en haut Aller en bas
Daeron

♫ Administratrice.

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 245
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 24
Localisation : Dans ton pire cauchemar

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Mer 26 Juin - 14:08

Ca y est. L’hiver avait définitivement quitté nos terres. Tout était de nouveau beau, vivant. La nourriture ne manquerait plus, les loups ne dormiraient plus. Nous allions enfin sortir de notre longue période de grand froid, qui avait obligé bon nombre des miens à rester terrés dans leurs tanières. Je n’avais pas eu la connaissance de naissances dans ma meute. En réalité, je n’avais pas encore rencontré ne serait-ce que la moitié de mes loups. Malheureux, n’est-ce pas ? Un Alpha qui, après plusieurs mois, n’a toujours pas pris connaissance des membres de sa propre meute. Pour ma part, je trouvais cela affligeant. Mais même si je ne me pardonnais pas tel manquement à ma place de Dominant, je devais bien avouer que les circonstances qui m’avaient mené en tête de meute n’étaient pas celles auxquelles je me serais attendu en temps normal. J’étais arrivé en tant que Protecteur, dans une meute sans Alpha. Et à peine quelques jours après mon débarquement au sein des Courageux Saphirs, voilà qu’on avait fait de moi le Grand Chef. L’Alpha dans toute sa splendeur. Si j’avais été heureux d’accepter la place, je n’avais cependant pas pesé toutes les conséquences de cette nouveauté. J’étais né fils d’Alpha. Mais je n’avais pas reçu les ficelles du métier, si on peut dire. Je n’avais aucune idée de la manière dont je devais mener les miens. Tout ce dont j’avais conscience, c’était mes idéaux. Je voulais la Justice, le Courage et la Force. Ironique, n’est-ce pas ? De vouloir la Justice lorsque l’on est schizophrène… Mais jamais je n’avais demandé à porter ce gène. On l’avait enfourné dans mon cocktail sans m’en demander l’autorisation et aujourd’hui, j’étais le seul à porter ce fardeau. J’avais volé de nombreuses vies après avoir quitté ma terre natale et avant de rejoindre celle des Saphirs, mais c’était avec autre chose que la Colère que j’étais arrivé ici. Aujourd’hui et à jamais, je souhaitais payer pour mes fautes et rendre Justice aux familles que j’avais massacrées sans foi ni lois.

Mais depuis que j’étais passé si soudainement à la tête de ma meute, j’avais vécu bien des aventures, malgré moi. Entre autre, j’avais commencé à découvrir ce qu’était le sentiment d’Amour. Pas seulement celui que l’on ressent lorsque l’on tient à quelqu’un, non. Celui qui nous empêche de vivre sans penser à l’autre sans cesse. Celui qui force notre cœur à ne battre que pour l’autre. Celui qui contrôle nos gestes lorsque l’autre se trouve tout près. Celui qui combat sans cesse un défaut de notre personnalité, et le seul à pouvoir le vaincre. J’avais rencontré cette jeune louve par pur hasard. Elle m’avait d’abord détesté, méprisé. Et je m’étais joué d’elle. Délibérément, j’avais mis ses nerfs à vif, cherchant à la mettre en rogne, juste pour m’amuser un peu. Mais il s’était plus tard avéré que nous portions le même rôle dans la meute. Alors nous avions passé du temps ensemble. Nous nous étions baladé, avions faits quelques pas dans la même direction. Et aujourd’hui, j’étais définitivement, incontestablement tombé fou amoureux d’elle. Personne d’autre ne comptait désormais, hormis ma meute, évidemment.

Et puis, j’avais rencontré une amie. Une première amie. Elle aussi, fut le fruit d’un grand hasard. Notre rencontre n’avait pas été réfléchie, et notre amitié s’en était trouvée plus pure et énormément renforcée. Elle avait été pour moi d’un grand secours. J’avais parlé honnêtement pour la première fois de ma vie. Si j’avais encore beaucoup de secrets pour elle, j’avais vu dans ses yeux qu’elle ne cherchait pas à me dévoiler et qu’elle attendait seulement que j’éprouve le besoin de m’ouvrir. J’avais trouvé en Ombra une chance incroyable, une amie sincère et fidèle, et un atout incomparable pour la meute. Sur tous les points possiblement visibles, elle était immédiatement devenue indispensable et totalement irremplaçable dans le rôle qu’elle avait choisis de prendre, et bien plus encore.

Ce matin-là, je m’étais décidé à quitter la tanière qui emprisonnait mes sens dans une sécurité devenue trop lourde à mon cœur. Après ce si rude hiver qui m’avait vu me renfermer sur moi-même, paniqué à l’idée d’éprouver tant de sentiments, j’avais enfin pris mon courage en pattes et m’étais décidé à vivre comme je leur devais, avec tous mes Saphirs. Il était grand temps que je remplisse mon rôle d’Alpha, comme je ne l’avais pas fait jusque-là. Et la première mission que je donnais en cette magnifique soirée de printemps, était de remplir les réserves avec l’aide de tous les Saphirs qui se joindraient à moi. Je sortais du couvert sombre de ma tanière isolée et scrutait les environs, à la recherche d’un quelconque Saphir baladeur. Mais aucun ne se tenait tout près. Il me fallait les appeler, avec ma puissance voix de mâle, ma puissance voix d’Alpha. Pourtant, avant même qu’aucun son ne s’extirpe de ma gueule, une douce voix, mélodieuse, envoutante, vint faire vibrer mes oreilles rousses. Je dressais la tête dans la direction de sa voix, cherchant à reconnaître le tintement de son hurlement. Mais je n’avais jamais entendu cet appel. Je savais seulement que ce n’était pas un appel de détresse, la tonalité n’étant pas pressée et ne possédant pas l’aigu caractéristique de la peur. L’appel allait à tous les membres de notre meute. J’ignorais ce que cet individu préparait sans l’accord de son Alpha, mais je me devais d’en avoir le cœur net. Même si c’était davantage la curiosité qui me poussait à aller à sa rencontre, plutôt que le devoir…

Rapidement, je traversais le territoire des miens et fonçais vers la forêt sombre. Elle était là, tout près, et j’allais savoir qui elle était. Mes lourdes pattes me portèrent jusqu’à elle et mes oreilles guidèrent chacun de mes mouvements. J’entendais les sabots de nombreuses bêtes marteler le sol. Sans aucun doute, c’était une partie de chasse que préparait ma mystérieuse inconnue. Ravi de constater que je n’étais pas le seul à me soucier de l’avenir de la meute, j’accélérais l’allure, un sourire se dessinant lentement sur mes babines flamboyantes. Bientôt, je rejoindrais les animaux portés au galop. Mais plus vite encore, les effluves de leur présence à travers les arbres disparurent de mon champ olfactif. Et plus vite encore, n’ayant pas fait attention où je mettais les pattes pendant que je dévalais insoucieusement une pente, je me cassais la figure en loupant un saut et atterrissais lourdement, dans un bruit sourd, aux pattes fines et blanches de ma si chère amie. Ombra se tenait juste au-dessus de moi, l’air neutre. Nul doute qu’elle avait dû m’entendre arriver, avec ses sens toujours aux aguets. Et je me doutais bien que ma silhouette de feu ne devait pas passer inaperçue, même pour la malvoyante qu’elle était.

Dans un sourire mi amusé, mi gêné, je me redressais lentement sur mes pattes avant, laissant mon derrière dans la poussière. Je reprenais peu à peu mon souffle, me rendant enfin compte de la présence de la petite louvette dont j’avais déjà eu l’occasion d’admirer le courage. Vanille avait été la seule de son âge à venir se joindre aux adultes lorsque nos terres avaient été attaquées par des assassins cruels. Elle seule s’était montrée suffisamment mature pour vouloir protéger les siens malgré son jeune âge et j’avais particulièrement apprécié cette qualité. J’affichais finalement un sourire officiel, preuve de ma très bonne humeur du jour.

- Bonjour Ombra, ma chère amie.

- Et bonjour à toi aussi, Vanille. Tu as bien grandis, depuis la dernière fois que nous nous sommes croisés. Ce fut en de malheureuses circonstances, mais je suis fier de constater que ton courage ne t’as pas quitté aujourd’hui.


Je reportais alors mon attention sur Ombra. C’était donc elle, qui avait pensé tout comme moi que la soirée était magnifique pour une partie de chasse. Ma passion pour notre amitié s’intensifia tandis que je la regardais encore et encore. Elle était si précieuse à mes yeux… Si seulement elle pouvait voir à quel point notre meute avait et aurait toujours besoin d’elle… Humant l’air qui portait les délicieux effluves des herbivores, je me relevais enfin et m’avançais dans la pente, cherchant où étaient parties nos proies.

- Alors, quel est notre programme ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Mer 26 Juin - 14:53

J'attendais la réponse d'Ombra quand j'entendis un bruit comme un de ces rochers qui dévale une pente. Avant même que j'aie le temps de me demander si on nous attaquait ou autre, un loup roux atterrit, comme tombé du ciel, aux pattes d'Ombra. Quand il se releva avec un sourire gêné, je vis que c'était notre bien-aimé Alpha, Daeron. Il regarda Ombra et lui dit :

- Bonjour Ombra, ma chère amie.

Puis il me regarda et me dit:

- Et bonjour à toi aussi, Vanille. Tu as bien grandis, depuis la dernière fois que nous nous sommes croisés. Ce fut en de malheureuses circonstances, mais je suis fier de constater que ton courage ne t’as pas quitté aujourd’hui.

Je le regardais à mon tour avec un grand sourire, contente qu'il se souvienne de moi et lui répondis:

- Bonjour Alpha, moi aussi je suis enchantée de vous revoir.

Puis Daeron regarda du côté de la pente et reprit à l'intention d'Ombra:

- Alors, quel est notre programme ?

Il demandait cela à Ombra avec, je le sentais, une pointe d'impatience, et je l'avoue moi aussi j'étais un peu impatiente de pouvoir chasser avec la meute entière. Aussi, je demanda aux deux loups:

- Nous attendons les autres ou bien nous y allons avant que nos proies ne s'échappent?

Je ne demandais pas parce que j'étais impatiente et égoïste, non, enfin peut être un peu impatiente, mais je demandais cela car je me posais vraiment la question.
Revenir en haut Aller en bas
Museau Cendré


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 162
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 20
Localisation : Canada/Québec/Drummundville

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Jeu 27 Juin - 0:14

Museau Cendré avait entendu l'appel.
Enfin, sa première chasse avec la meute! Elle en avait des papillons dans l'estomac.
La louve blanche au museau taché de cendre, accourrait vers le lieu de rendez-vous pour être sûre de ne pas rater le début de la chasse. C'était l'occasion de prouver sa valeur et montrer qu'elle n'était pas qu'une simple Druide, mais aussi une chasseresse expérimentée. Si des loups étaient dans les parages lors de son passage, il n'avaient du voir qu'un éclair blanc traverser la forêt.
Elle ralentit son allure lorsqu'elle vit les loups de sa meute.
Elle vint les rejoindre pour entendre les détails de la rencontre.
Déjà, les odeurs envahissaient sa truffe au moment de sa course effrénée que maintenant arrivée, elle en était enivrée. Elle ne reconnaissait personne et finit par reconnaître Daeron, le chef Alpha de la meute. ''Quelle loupiote je fais, je n'ai même pas reconnu mon propre chef!'' se dit-elle.
Elle décida tout de même d'aller se présenter.
-Bonjour Chef...
Elle parlait tout bas et avec peu d'assurance... Trop de loups aux alentours...
Museau Cendré voulait prouver sa valeur et démontrer qu'un jour, elle pourrait devenir une guerrière. Elle aimait être Druide mais son devoir envers sa meute adoptive lui dictait de la protéger autrement qu'en la préservant des maladies. Elle avait des talents cachés et elle tenait à les mettre aux services de sa meute...

Et elle le prouverait ce soir, lors de la chasse....
Revenir en haut Aller en bas
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Jeu 27 Juin - 0:27

Senza sortait de la tanière où elle avait passé l'après-midi en bâillant. Regardant derrière elle, elle vit les louveteaux dormir paisiblement contre leurs mères qui venaient à peine de rentrer. Elle pouvait se détendre à présent, ils étaient en sécurité. Elle s'étira généreusement et s'ébroua. Elle avait passé une rude journée à remplir son rôle de nourrice.
Elle entreprit d'aller se balader dans la forêt sombre, histoire de se dégourdir les pattes. Le soleil filtrait à travers le feuillage des arbres qui commençait à ce regarnir. Enfin le printemps! pensa-t-elle en respirant profondément les effluves de dégel et de fleurs qui environnaient.
Elle entamait sa deuxième année au sein de la meute des Saphirs et elle n'était pas peu fière d'elle d'avoir terminé son apprentissage l'hiver dernier. Elle était maintenant nourrice et membre de la meute à part entière! Quel effet merveilleux de se sentir importante! La louve blanche se remémora son arrivée dans la meute. Daeron n'était pas encore l'alpha à cette époque. Bien qu'elle ne le connaissait pas personnellement, il semblait être un chef équitable et gentil. Quand elle avait fait ses débuts dans la meute du courage, beaucoup s'étaient plaints de la présence d'une bouche inutile de plus à nourrir. Heureusement pour elle, personne ne s'était résolu à mettre dehors une louveteau sans défenses. Elle était devenue l'amie de Museau Cendré, une apprentie druide. Senza Memoria sourit en repensant à la petite louve blanche tellement minuscule qu'elle était jadis, bondir et gronder de rage devant des loups adultes trois fois sa taille pour prendre la défense de la rescapée. Elles étaient devenues comme des sœurs au fil du temps. À l'arrivée du printemps, une saison plus douce et giboyeuse, les controverses s'étaient calmées et plusieurs l'avaient enfin accepté. La louve couleur neige avait toujours suspecté que les loups qui lui menait la vie dure avaient commencé à redouter la colère de son amie, quand celle-ci avait commencé à les rattraper sérieusement sur le plan de la taille, ainsi que de la force physique. Elle n'avait jamais eu l'occasion de le lui dire, mais pour elle, MC était son modèle et son guide. Même si dans les normes, Senza n'avait pas de famille, pour la louve, Museau Cendré était sa sœur.

La louve interrompit le fil de ses pensées lorsqu'elle entendit un hurlement. C'était Ombra. Bien que Senza ne connaissait pas personnellement beaucoup de loups de la meute, elle s'était contrainte à apprendre tous leurs noms ainsi que reconnaître leurs appels en cas de besoin. Elle annonçait la chasse sans aucun doute. Lors de son apprentissage, Senza avait eu l'occasion d'apprendre à décrypter à la perfection les hurlements. L'annonce imminente d'une traque lui fit gargouiller le ventre. Elle grimaça à l'entente du son qui la dégoûtait tant. Puis, elle se lança à la poursuite du cri. Bondissant agilement par-dessus les taillis, elle termina sa course près de la tanière d'Ombra. À son arrivée, elle vit l'alpha affalé à plein ventre entre les pattes d'Ombra. Sa fourrure orangée sous le coucher du soleil devint probablement rouge d'embarras. Était-elle arrivée au mauvais moment? Elle se calma en apercevant Vanille, une jeune louve du clan. Le chef flamboyant se releva l'air gêné. Il n'avait probablement pas fait exprès, se dit-elle. Il poussa:

- Bonjour Ombra, ma chère amie.  
Et continua à l'adresse de Vanille:

- Et bonjour à toi aussi, Vanille. Tu as bien grandis, depuis la dernière fois que nous nous sommes croisés. Ce fut en de malheureuses circonstances, mais je suis fier de constater que ton courage ne t’as pas quitté aujourd’hui.

Alors que la jeune louve lui répondait poliment, Senza se dit qu'ils n'avaient pas encore flairé sa présence. C'est vrai qu'elle avait l'habitude d'être discrète et de plus, elle était face au vent. Daeron continua en reportant son regard vers la pente face à Senza Memoria:
- Alors, quel est notre programme ?
Il était impatient. Et Vanille aussi, la louve le ressentait très bien. Son impression se confirma lorsque la jeune louve reprit la parole:
- Nous attendons les autres ou bien nous y allons avant que nos proies ne s'échappent?
Pour une fois, et simplement pour annoncer sa présence, Senza prit la parole:
-Heu... si je puis me permettre... Je ne crois pas que nous les manquions... Je crois plutôt qu'ils sont partis profiter de la nouvelle herbe tendre de la grande clairière... Cependant, je crois bien que je vais mourir de faim si on ne va pas chasser...
Puis, la louve sortit du couvert des arbres, la tête près du sol et la queue basse, soumise. Alors qu'elle se dévoilait ainsi et se rapprocha de l'alpha, elle se sentit toute petite. Elle s'arrêta à bonne distance. Elle avait tellement entendu de bien de lui qu'elle se sentit ridicule à avoir peur ainsi. Mais c'était plus fort qu'elle. Elle lança, un peu moins sûre d'elle:
- Bonjour Alpha, je... heu... Vous ne devez pas me connaître... Je suis Senza Memoria, une nourrice de la meute.
Tellement concentré à contrôler sa peur, elle n'avait même pas remarqué une louve blanche aux yeux bleus, cachée de sa vue par un énorme arbre. Elle ne l'avait même pas entendu parler. Senza était nerveuse. Mais elle, elle l'avait bien vu arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Sam 29 Juin - 18:04

Alors que j'attendais la réponse de Daeron, une louve est arrivée, je ne l'avais pas sentie au début mais dès qu'elle est sortie de l'orée du bois et qu'elle s'est mise à parler un peu en bafouillant, c'est à ce moment là, que l'on s'est tous aperçu qu'elle était là. Et elle dit:

-Heu... si je puis me permettre... Je ne crois pas que nous les manquions... Je crois plutôt qu'ils sont partis profiter de la nouvelle herbe tendre de la grande clairière... Cependant, je crois bien que je vais mourir de faim si on ne va pas chasser...

Puis elle dit en regardant l'Alpha :

- Bonjour Alpha, je... heu... Vous ne devez pas me connaître... Je suis Senza Memoria, une nourrice de la meute.

Peut -être que l'Alpha la connaissait, mais moi pas. Enfin si, je la connaissais juste de nom, certaines louves m'avaient dit que c'était une louve fiable et dévouée à son travail. J'étais donc ravie de la rencontrer. Aussi, je lui dis :

- Bonjour Senza Memoria, je m'appelle Vanille, je suis ravie de te rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Sam 6 Juil - 18:54

Alors que la louve blanche attendait une réponse de son Alpha, Vanille la sauva de cette situation embarrassante:

- Bonjour Senza Memoria, je m'appelle Vanille, je suis ravie de te rencontrer.

Heureuse de sortir de ce silence trop long à son goût, elle regarda Vanille et lui répondit en souriant, un peu plus sûre d'elle:

- Bonjour Vanille, je suis heureuse de te rencontrer aussi. Tu peux m'appeler seulement Senza.

Puis sans se faire prier, elle alla rejoindre l'autre louve, ravie de s'éloigner de Daeron. Il n'avait pas l'air méchant, il semblait même gentil. Mais, elle n'y pouvait rien. C'étais plus fort qu'elle, elle devait se l'avouer: elle avait peur des mâles! Elle rejoignit Vanille tranquillement, en lui offrant son plus beau sourire. Quand du coin de l'œil, elle aperçut cette silhouette cachée qui lui était familière. Senza retourna vivement la tête en direction et dit plus fort que voulu, sous le choc:

- MC? Que fais-tu ici? Enfin, je veux dire... Depuis quand es-tu là?  Bafouilla la louve.

Le soleil continuait sa descente et ses rayons passaient de plus en plus difficilement aux travers du couvert épais qu'offrait les arbres de la forêt sombre. Son ventre hurla de plus belle. Memoria retint une autre grimace, espérant que personne ne l'ai entendu à part elle.  
Revenir en haut Aller en bas
Ombra


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 406
Date d'inscription : 13/08/2012
Age : 24
Localisation : entre les vagues de l'atlantique et les sommets des pyrennées^^

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Mer 10 Juil - 21:03

Rapidement, un loup vint la rejoindre, répondant ainsi à son appel. Le pas léger et insouciant de la jeune Vanille se rapprochait, pour finalement s’arrêter près d’elle. Elle savait que Vanille était une des jeunes louves les plus prometteuses pour la meute, et qui, malgré son jeune âge et son inexpérience, s’était proposée pour une mission des plus risquées. Pour cela Ombra l’admirait, bien qu’elle savait qu’il ne fallait pas encourager trop vite la jeune louve, qui pourrait alors prendre des risques considérables juste pour rendre son clan fier d’elle. Elle lui rendit son salut en inclinant doucement la tête et en lui adressant un léger sourire. Ombra n’avait jamais été très bavarde et cela était connu de ses frères et sœurs de meute. Elle attendait, silencieuse, aux côtés de la jeune et courageuse Vanille, que d’autres arrivent pour se joindre à la chasse. La clairière était calme, si ce n’est le doux bruissement du vent dans les branches et quelques chants d’oiseaux timides.
Mais ce calme fut de courte durée, précédé du bruissement de pas puissants et assurés, Daeron tomba aux pieds de la druide dans un bruit sourd. Elle n’en était nullement surprise, l’ayant entendu arriver bien avant que le géant roux ne vienne chuter devant elle. Amusée par cette arrivé en fanfare, elle esquissa un sourire rieur, les oreilles pointée vers le dominant. Lorsqu’elle l’entendit l’appeler « chère amie », une vague de chaleur envahi son cœur, lui apportant un sentiment de réconfort et de sécurité qui lui était jusque-là inconnu. C’était donc cela un ami ? Quelqu’un qui par sa simple présence vous rassurait et vous donnait envie de vivre ? Elle n’avait pas oublié les mots qu’ils avaient échangés lors de leur première rencontre, et elle ne les oublierait jamais, car ils resteraient profondément gravés dans sa mémoire comme dans son cœur. Daeron avait bouleversé la vision qu’elle avait d’elle-même, et pour cela, même si elle avait encore du mal à croire en ses paroles, elle lui en serait éternellement reconnaissante. Il lui avait fait découvrir une force en elle qu’elle ignorait jusque-là, une force qui l’avait poussé en cette soirée à appeler pour la première fois de sa vie ses congénères pour les convier à une chasse à laquelle elle allait participer.

-Bonjour à toi aussi  Daeron. Lui dit-elle.

Elle aurait aimé recommencer à parler avec lui comme ils l’avaient fait des semaines plus tôt, mais l’heure était à la chasse. D’ailleurs d’autres loups les rejoignirent, Museau cendré et Senza memoria, qui était resté caché pendant quelques instants pour des raisons que la druide ignorait. Les deux louves ne prirent la peine de ne saluer que l’alpha de façon plus ou moins pompeuse.
La louve blanche tourna la tête dans la direction où étaient parties les proies puis répondit à la question de Daeron sur un ton neutre, récitant simplement ce qu’elle avait préparé en pensé le temps d’etre rejointe.

-Des jeunes bêtes accompagnées de leurs mères sont parties rejoindre la grande clairière. Parmi les adultes, une femelle boitait, elle ne sera pas difficile à prendre. On peut compter que La fraicheur de la soirée va aussi attirer les plus âgés d’entre eux et les pousser à quitter l’abri des sous-bois pour aller dans la prairie.  Les plus rapides et endurants d’entre nous devront séparer les animaux choisis du reste du troupeau, tandis que les autres se tiendront en embuscade pour les prendre à revers. Comme il y aura des mâles pour les défendre, nous sommes obligés de nous mettre au moins à deux, si ce n’est trois, sur chaque cible adulte que nous envisagerions d’attaquer. Il nous faudra nous méfier aussi bien de leurs cornes que de leurs sabots qui sont tout aussi affutés que leurs ramures. Mais on peut aussi se cantonner aux faons.
Revenir en haut Aller en bas
Museau Cendré


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 162
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 20
Localisation : Canada/Québec/Drummundville

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Jeu 11 Juil - 0:07

La louve blanche n'entendit pas la question de sa jeune sœur car elle était concentrée sur ce que disait Ombra. Pour elle, Ombra était son idole...
De pouvoir chasser avec l'une des meilleures Druides des Saphir l'excitait!
Museau Cendré écouta avec un sérieux qui la faisait paraître plus mature que son âge.

-Des jeunes bêtes accompagnées de leurs mères sont parties rejoindre la grande clairière. Parmi les adultes, une femelle boitait, elle ne sera pas difficile à prendre. On peut compter que La fraîcheur de la soirée va aussi attirer les plus âgés d’entre eux et les pousser à quitter l’abri des sous-bois pour aller dans la prairie.  Les plus rapides et endurants d’entre nous devront séparer les animaux choisis du reste du troupeau, tandis que les autres se tiendront en embuscade pour les prendre à revers. Comme il y aura des mâles pour les défendre, nous sommes obligés de nous mettre au moins à deux, si ce n’est trois, sur chaque cible adulte que nous envisagerions d’attaquer. Il nous faudra nous méfier aussi bien de leurs cornes que de leurs sabots qui sont tout aussi affûtés que leurs ramures. Mais on peut aussi se cantonner aux faons.

Elle avait ce soir, deux loups à impressionner: Le puissant Alpha Daeron et la grande guérisseuse Ombra...

-Je suis rapide, mais j'ai une endurance qui se limite à la chasse en forêt...
Courir dans une plaine veut dire aussi qu'il faudra courir sur de longues distances.


Elle avait stoppé un instant. Elle parlait avec le même sérieux dont elle faisait preuve lorsque Ombra parlait...
Elle reprit.

-Je ne peux parcourir une grande distance, mais pour les prendre rapidement de revers, je peux!
Je suis assez forte en sprint et pour abattre la bête, je n'ai aucun problème!

dit-elle avec (malgré son sérieux) une pointe d'amusement dans la voix.

Oui, c'est ce soir qu'elle démontrerait qu'elle n'était pas un fardeau pour la meute, mais un atout.
Ce soir, elle sera bien plus qu'une simple Druide...
Elle sera, une guerrière!
Revenir en haut Aller en bas
Senza Memoria


avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 79
Date d'inscription : 20/06/2013
Localisation : Devant mon iPad <3

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Jeu 11 Juil - 3:14

Alors qu'elle avait à peine posé sa question à sa sœur, Ombra continua:

Des jeunes bêtes accompagnées de leurs mères sont parties rejoindre la grande clairière. Parmi les adultes, une femelle boitait, elle ne sera pas difficile à prendre. On peut compter que La fraicheur de la soirée va aussi attirer les plus âgés d’entre eux et les pousser à quitter l’abri des sous-bois pour aller dans la prairie.  Les plus rapides et endurants d’entre nous devront séparer les animaux choisis du reste du troupeau, tandis que les autres se tiendront en embuscade pour les prendre à revers. Comme il y aura des mâles pour les défendre, nous sommes obligés de nous mettre au moins à deux, si ce n’est trois, sur chaque cible adulte que nous envisagerions d’attaquer. Il nous faudra nous méfier aussi bien de leurs cornes que de leurs sabots qui sont tout aussi affutés que leurs ramures. Mais on peut aussi se cantonner aux faons.

Museau Cendré répondit rapidement à la druide aveugle:

Je suis rapide mais j'ai une endurance qui se limite à la chasse en forêt...
Courir dans une plaine veut dire aussi qu'il faudra courir sur de longues distances.


Elle s'arrêta un instant, mais reprit sans même porter attention à la jeune louve amnésique:

-Je ne peux parcourir une grande distance, mais pour les prendre rapidement de revers, je peux!
Je suis assez forte en sprint et pour abattre la bête, je n'ai aucun problème!


Elle voulais prouver quelque chose ou quoi? Songea sa sœur adoptive en expirant. Elle avait les oreilles pointées vers la louve au museau de cendre. Puis, remarquant qu'elle ne lui adressait même pas un regard, ses oreilles se plaquaient sur son crâne et sa queue (ou plumeau au choix) retomba lourdement sur le sol.

Je peux courir longtemps à bonne vitesse...

Souffla-t-elle en avançant tête basse vers Vanille, le regard braqué au sol. pour quoi était-elle venue ici? Elle aurait aussi bien pu attendre sa part avec les autres nourrices. La satisfaction de participer? Complètement n'importe quoi! Personne ne faisait attention à elle et avec raison: elle était inutile.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Iseult

Suis-moi je te fuis.
Fuis-moi je te suis. ♥

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 200
Date d'inscription : 06/06/2013
Age : 20
Localisation : Tu sauras pas !

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Ven 12 Juil - 8:24

Un hurlement m'arracha à mon sommeil. Je me levais péniblement et sortis de la tanière, les oreilles bourdonnantes. Le son était plus puissant, plus poignant dans l'air frais du crépuscule. À la voix, rauque mais mélodieuse, je reconnus une femelle. Tais-toi ! Le bruit s'estompa puis disparut, et je baillais, soulagée. Mes pattes étaient lourdes comme de la pierre, mon corps tremblait d'épuisement, mais je me forçais à m'étirer jusqu'à ce que mes muscles reviennent à la vie. Si Daeron courait un danger, je devais être prête à me battre. Même s'il n'était qu'un usurpateur, il restait mon Alpha. C'était mon devoir de le protéger. Tant que je ne devais pas m'occuper de sa chère compagne... Il ne l'avait même pas encore officiellement reconnue. Personnellement, cela m'allait très bien. La perspective de petits louveteaux courant partout suffisait à me donner la nausée.

La tête haute, je me dirigeais vers l'antre de l'Alpha et m'annonçais à l'entrée. Ne recevant pas de réponse, j'y entrais d'autorité pour m'apercevoir qu'elle était vide. J'en ressortis tout aussi sec, excédée. Que Daeron n'ai pas reçu l'éducation d'un Alpha, passe encore. Mais il avait été Protecteur, il savait très bien qu'on ne quittait pas le camp ainsi, sans prévenir personne ! Comment est-ce que j'étais censée le surveiller, s'il n'était jamais là où il devait être ? Il devait avoir rejoint la source du hurlement. Je me mis en route en maugréant. À mon passage, les oiseaux cessaient de chanter, et même le vent semblait retenir son souffle. La nature était intelligente ; elle savait reconnaitre un prédateur, elle. Question de survie. Je retroussais les babines, satisfaite. Il n'y avait bien que les oiseaux pour me respecter, mais c'était toujours ça de gagné.

Quand je rejoignis enfin les autres, j'avais eu le temps de dénicher un lapin bien gras. Il était rare d'en trouver si tôt, à peine l'hiver passé, et je le portais fièrement. Avant de le laisser tomber quand je découvris la petite assemblée. Non, mais je rêve ! Jamais je n'avais vu un groupe aussi hétéroclite. Ombra et Museau Cendré, deux des trois druides de la meute, étaient entourées par Vanille, un petit louveteau, et Senza Memoria, sa nourrice. Daeron se tenait légèrement en retrait du groupe. Je me détendis, rassurée. Il allait passer un sale quart d'heure, dès que nous serions seuls. En dépit de ma colère, j'étais assez diplomate pour ne pas provoquer une dispute devant le reste de la meute. Les muscles crispés, je traînais le lapin jusqu'à eux. Les yeux plissés, je me postais à la droite de mon Alpha, cachée dans l'ombre. La suite allait-elle confirmer mes soupçons ?


Dernière édition par Iseult le Mar 23 Juil - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hélios

Everyone knows bad girls
have more fun. †

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 5911
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 21
Localisation : Dans tes pires cauchemars.

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Ven 12 Juil - 20:22

La demoiselle à la somptueuse fourrure blanche détaillait minutieusement le paysage à la recherche d’une quelconque proie à se mettre sous la dent. En pure perte. Cela s’avéra être un échec total, car rien hormis le vent qui soufflait sans discontinuer, ne semblait subsister en ces lieux vides de toute présence. Tout ici n’était que désolation, tout ici était désert. Saëna avait cru qu’à la sortie de l’hiver, elle aurait pu facilement trouver bon nombre de gibiers pour satisfaire son appétit glouton et son estomac qui ne cessait de crier famine mais non, elle restait aussi affamée que la veille, tournant en rond sans relâche dans la forêt sombre qu’elle arpentait depuis de longues heures déjà. Toute la journée durant, elle n’avait fait que marcher, marcher, marcher inlassablement. Et sans résultat. Un soupir s’échappa de ses fines lèvres à moitié ouvertes et vint briser le silence qui s’était installé en ces lieux. Elle se sentait seule, plus seule qu’elle ne l’avait jamais été. Loin du camp de sa meute, elle était aussi loin du camp de son ancienne, loin de sa famille, loin de tous ceux qu’elle aimait et qui étaient partis sans même l’attendre. Un coup de vent plus sec que tous les autres vint alors la sortir de ses pensées et elle se redressa vivement de toute sa taille, se donnant un air puissant et assuré alors qu’il n’en était strictement rien.
L’heure du crépuscule sonnait. Cette partie de la journée où il ne faisait ni tout à fait noir, ni tout à fait jour. Mitigé entre l’ombre et la lumière, somme toute. Le soleil continuait sa descente vers la ligne de feu qu’était l’horizon et bientôt, il finirait par se perdre dans l’au-delà. A ce moment-là seulement, la nuit pourrait se permettre de régner en tant que souveraine, pour quelques heures seulement. C’était toujours le même refrain chaque jour qui passait, mais c’était un spectacle que la louve ne se lassait pas de contempler et dont elle ne se lasserait sûrement jamais, qui parvenait toujours à ébahir ses prunelles d’azur. Avisant un rocher lorsqu’elle passa juste devant, Saëna grimpa sans difficulté dessus et finit par s’y asseoir. La tête rejetée en arrière, elle continua d’admirer la voûte céleste qui se noircissait à mesure que les secondes s’écoulaient, que le temps s'effritait, inexorablement. Magnifique. Ce fut le seul mot qui vint à l’esprit de la jeune traqueuse tandis que son regard finissait par se détacher de ce tableau aux teintes orangeâtres qui vernissaient le ciel. Maintenant, il lui fallait sans plus tarder reprendre sa route et errer telle une âme en peine à la recherche d’un animal, même le plus petit de tous,  qui apaiserait un tant soit peu sa faim grandissante. Tous ses sens en alerte, elle sauta à bas de son perchoir et se remit en marche, à pas feutrés, ses membres délicats effleurant seulement le sol dans un froufrou de velours. Elle était une chasseuse remarquable  mais mettait peu au profit de la meute ses qualités indéniables, tout bonnement parce qu’elle n’avait jamais réussi à s’intégrer parfaitement. Elle ne cessait de se demander si rejoindre ce clan avait été la meilleure des opportunités, et si cela ne se révélait pas plutôt être un fardeau pour elle. Elle aurait dû rester cette louve errante qui avait déserté sa propre meute, sa véritable meute qu’elle aurait pu diriger si le Destin n’avait pas décidé de s’immiscer dans ses affaires et de tout faire basculer. Un rire amer émana de sa gorge à ces pensées qui tourbillonnaient dans son esprit, à tel point qu’elle en eut la tête qui se mit à tourner. A cause de sa lâcheté, elle avait laissé son pouvoir, le trône qui lui appartenait légitimement du fait de sa généalogie,  à d’autres loups qui lui avaient succédé comme dominant. Maintenant, qui régnait à la place qu’elle aurait dû occuper? D'après ce qu'on racontait, ce n’était autre qu’une louve blanche aux yeux turquoise  qui lui ressemblait indéniablement. Mais toutes ressemblances physiques et mentales s’arrêtaient là.  Cette fameuse inconnue dont elle ne connaissait pas même le nom n’avait pas ce sang royal qui coulait dans ses veines, certes. Mais elle au moins n’était pas une poltronne, une lâche qui ne savait que fuir face à la peur, face au danger. Et surtout, elle savait vraisemblablement diriger une meute, et Saëna avait démontré qu’elle ne possédait pas cette qualité essentielle pour un chef. Ainsi, le sang de ses aïeux, le sang des dominants Diamants avait beau couler en elle, la demoiselle à la fourrure d’ivoire n’avait aucunement l’étoffe d’une meneuse. Elle n’était, en tout et pour tout, qu’une louve de pacotille engagée dans une autre meute que celle de sa naissance, et elle se faisait l’effet d’une traître rien que par cela. Une pensée pour son père, une pensée pour sa mère mais aussi pour sa sœur et c’en fut fini. Elle se contenta de poursuivre sa route en silence, l’esprit vide. Plus aucune pensée de ce genre n’affluaient en elle, pour la simple et bonne raison qu’elle allait finir par se rendre malade de chagrin à force de se les ressasser. Quand on avait perdu sa famille entière et qu’il n’en restait pas même un membre, il était bien difficile d’arriver à surmonter une telle peine. On avait juste envie de mourir et de partir les rejoindre au lieu de rester seul, dans cette existence des plus misérables, avec pour seuls compagnons quelques loups qu’on ne connaissait qu’à peine. Un jour, un beau jour, bien plus tôt que Saëna ne l’imaginait, la mort viendrait la cueillir dans ses bras comme une poupée de chiffon et ensembles, elles s’envoleraient dans les cieux, là où résidaient sa famille entière. Saëna avait tellement hâte que cela n’arrive qu’elle était bien tentée de précipiter les évènements pour parvenir à les revoir plus tôt qu’au moment venu, mais une force invisible la poussait à ne pas le faire et elle s’y pliait, l’échine courbée. Tant pis, elle attendrait que l’heure ne sonne enfin, et s’en irait au paradis, un large sourire suspendu sur ses babines satinées. Car cet instant promettait d’être un des seuls de son existence où elle serait enfin heureuse. Heureuse, et rien d’autre. Heureuse de mourir, tout simplement.

Un long hurlement, long et mélodieux la tira brusquement des pensées dans lesquelles elle se plongeait bien souvent. Redressant vivement la tête, la louve blanche laissa un fin sourire s’ébaucher sur son visage tandis qu’elle identifiait aisément le cri d’un des membres de sa meute. Curieuse de voir de quoi il s’agissait, la demoiselle partit au galop, serpentant avec une facilité surprenante entre les obstacles naturels qui peuplaient la forêt sombre. Enfin, elle allait avoir l’occasion de s’intégrer à sa meute si l’occasion le lui permettait au lieu de rester seule dans son coin à se ressasser de noires pensées et à envisager une mort prochaine. Peut-être que l’idée de continuer à vivre lui viendrait sûrement, après avoir noué quelques relations amicales avec certains loups mais elle en doutait. Elle se connaissait mieux que quiconque et savait, en son for intérieur, que jamais ces idées morbides ne s’échapperaient de son esprit pour aller voguer ailleurs. Toujours, elles resteraient ancrées en elle et ce jusqu’à la fin de ses jours, jusqu’à ce que son vœu le plus cher ne se réalise enfin. Ainsi, tout en se perdant dans les méandres de son esprit, Saëna continuait de courir sans s’arrêter, son cœur battant dans sa poitrine à tout rompre et ses membres martelant le sol avec entrain. La vitesse, le vent qui lui soufflait aux oreilles, elle aimait ça. Cela lui permettait de se défouler un peu et d’évacuer toute la peine et l’amertume qui restaient enfermées en elle chaque jour qui passait car au fond, Saëna n’était ni plus ni loin qu’une louve triste, au bord de la déprime si elle ne l’avait pas déjà atteinte. Et, pour la première fois depuis longtemps, elle souriait et son doux visage qui conservait trop souvent une expression de marbre s'illuminait. Ses yeux, quant à eux, pétillaient, ravivant ce joli minois qui avait été encore plus splendide, lorsqu’elle n’était qu’une jeune princesse joviale et dépourvue de problème. Ainsi, ce fut avec un sourire presque joyeux qu’elle arriva là où s’étaient regroupés quelques membres de la meute. Ils n’avaient pas tous répondu à l’appel, ou du moins pas encore, mais au premier regard, elle avait déjà pu identifier Daeron, son dominant, Ombra, Senza Memoria et quelques autres qu’elle salua d’un bref signe de tête à mesure qu’elle passait devant eux. Sans oublier Iseult, sa cousine. En arrivant, Saëna avait perçu quelques bribes de leurs conversations, où il était question de gibier et de chasse, si ses oreilles ne lui avaient pas fait défaut. Tant mieux. Son estomac grondait de plus en plus fort à mesure que le temps s’écoulait, réclamant à grands cris de la bonne viande fraîche. Discrètement, la louve de nacre se glissa aux côtés de sa cousine, la seule qu’elle connaissait un tant soit peu et posa son regard sur chacun des membres présents, tour à tour. D’une voix discrète et légère, qui sembla s’envoler aux côtés des fragrances estivales, elle les salua sans rien ajouter d’autre.

    « Bonjour à tous. »
Revenir en haut Aller en bas
Daeron

♫ Administratrice.

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 245
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 24
Localisation : Dans ton pire cauchemar

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Mar 16 Juil - 18:01

Alors que Vanille semblait encore attendre des paroles d’Ombra ou de moi-même, une jeune femelle blanche nous rejoignit. Je ne l’avais jamais rencontrée, mais elle semblait tout à fait disposée à chasser convenablement pour notre meute encore si peu nombreuse. Puis, sans crier gare, une seconde louve blanche sortit du couvert des bosquets et s’approcha de moi dans une posture de soumission. Mon énorme gabarit venait toujours à bout de celui des loups qui se postaient face à moi et j’en avais l’habitude, mais de la voir si petite, dans cette posture, me laissa malgré moi penser qu’elle manquait de cran. Mais peu importait. Elle était jeune, je le voyais, elle avait donc tout le temps d’apprendre auprès de nous tous, les membres de la meute des Saphirs. La meute que je guidais depuis maintenant un certain nombre de mois.

Vanille, sans la moindre gêne, salua la nouvelle arrivante tandis que je restais silencieux, plongé dans mes pensées. Je réfléchissais, face à toutes ces louves blanches, au détour que prenait la meute dans ces conditions. Nous étions bien peu nombreux, beaucoup avaient disparu durant l’attaque fulgurantes des ennemis que nous étions parvenu à éliminer avec beaucoup de mal et bien peu de combattants. Nous manquions grandement d’effectifs, et les rescapés de l’invasion de meurtriers étaient malheureusement bien peu expérimentés et pour la plupart, très jeunes. Je ne pouvais nier l’importante capitale que représentait dorénavant le manque de membres que nous subissions depuis un certain temps.

Alors que Senza Mémoria venait de rendre ses salutations à Vanille, elle remarqua Museau Cendré qui se tenait non loin, et sembla soudainement la reconnaître. Se connaissaient-elles, toutes les deux ? Je l’ignorais. Pourtant, elles deux n’en doutaient pas, visiblement. Enfin, Ombra daigna répondre à ma question qui avait déjà attendu longtemps sa réponse. Elle me fit son rapport concernant les bêtes présentes en contrebas et mon admiration pour elle enfla dans ma cage thoracique. Elle était probablement le meilleur élément que notre meute eut pu compter depuis les tragiques agissements de meurtriers sans foi ni lois. Immédiatement, Museau Cendré me fit part de ses capacités. Elle était donc plutôt faite pour l’embuscade. Fort bien. Elle ferait donc partie de l’embuscade. Vanille quant à elle, était encore jeune et malgré le courage dont elle avait fait preuve lors de la grande traque qui s’était avérée des plus dangereuses, je ne me sentais pas suffisamment confiant pour la laisser gérer une chasse seule, sans la surveillance de loups adultes aguerris. Quoi qu’Ombra et moi ferions, elle resterait donc à nos côtés, sous notre protection. Senza Memoria à son tour, conta ses capacités. Elle était plus apte selon elle, à prendre les animaux en chasse pour les ramener vers Museau Cendré. Soit. Cela ne me paraissait pas une mauvaise idée. Je pourrais ainsi voir ce dont ces deux jeunes femelles étaient capables.

Toujours silencieux, toujours à l’écart, je tournais la tête lentement lorsque les effluves d’une certaine louve me vinrent aux narines. Iseult était parmi nous, et je ne pouvais pas me tromper. C’était une protectrice. Rôle premier ? Me suivre partout pour veiller à ma sécurité. Elle ne m’avait donc qu’à de rares occasions laissé seul depuis son arrivée parmi les miens. Je ne déplorais pas le rang qu’elle portait et le fait qu’elle prenait ses responsabilités envers moi. Mais je sentais bien qu’elle ne m’appréciait pas et je ne pouvais pas m’empêcher d’être mal à l’aise lorsqu’elle était près de moi. Elle emplissait l’air d’électricité tout autour de nous et l’atmosphère devenait lourde et étouffant. Je restais silencieux mais me tournais dans sa direction, lui lançant un regard neutre tandis que j’en pensais beaucoup plus. Ses yeux à elle évoquaient la colère qu’elle nourrissait vraisemblablement à mon égard et je savais qu’elle mourrait d’envie de me toucher deux mots à propos de mon départ de la tanière, dans la matinée.

Enfin, une énième louve blanche se joignit à nous tous. Je me sentis soudain seul, et voyant. A découvert, même. J’étais gigantesque, roux et plus encore, mon pelage se reflétait grandement dans la pâle lueur du jour s’éteignant. Mais combien ma meute comptait-elle de mâles, au juste ? Il me semblait qu’il y en avait vraiment très peu. M’enfin… Les femelles ne valaient, selon moi, pas moins que les mâles. Et puis rien ne prévoyait l’extinction de la meute dans les temps à venir. J’avais toutes croyances en nos capacités, et même si les miens manquaient d’expérience et d’assurance pour la plupart, nous avions encore toute la vie devant nous pour les guider, les entraîner et les rendre plus forts et plus fiables encore.

Me redressant de toute ma hauteur, je détaillais chacune des louves présentes et regrettais, amèrement, l’absence de ma tendre Birdy qui s’était montrée très discrète depuis notre dernière rencontre. Cela faisait des semaines que je ne l’avais plus vue et j’ignorais tout de ce qu’elle faisait, même si elle était une protectrice de notre meute. J’espérais seulement, qu’elle allait bien. Et, égoïstement, je priais pour qu’elle n’ait rencontré personne d’autre qui aurait pu avoir eu l’audace de voler son cœur avant que j’en ai l’occasion.

- Bienvenue à toutes. Ombra, je pense que nous allons maintenant donner leurs places à nos semblables, pour que la chasse se passe au mieux. Senza Memoria poursuivra les bêtes pour les pousser jusqu’à Museau Cendré qui les prendra par surprise et les abattra. Saëna, Iseult, quelle place souhaitez-vous prendre ? Et toi, Ombra ?

Je m’approchais de Vanille à petits pas et lui lançais un regard amical, complice. Je baissais ma tête presque jusqu’au sol pour arriver à la hauteur de son petit corps et parlais doucement, lentement, comme pour une confidence.

- Et toi, Vanille, quelle place as-tu envie de prendre durant notre chasse ? Je te laisse décider de ce que nous ferons, toi et moi. Qu’est-ce qui te ferait plaisir, là, tout de suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Mer 17 Juil - 9:54

Après l'arrivée d'un loup du nom d'Iseult que je ne connaissais pas, Daeron prit la parole :

- Bienvenue à toutes. Ombra, je pense que nous allons maintenant donner leurs places à nos semblables, pour que la chasse se passe au mieux. Senza Memoria poursuivra les bêtes pour les pousser jusqu’à Museau Cendré qui les prendra par surprise et les abattra. Saëna, Iseult, quelle place souhaitez-vous prendre ? Et toi, Ombra ?

Puis Daeron se rapprocha de moi, se baissa pour se mettre à ma hauteur, car il est vrai qu'il était beaucoup plus grand que moi, et me dit:

- Et toi, Vanille, quelle place as-tu envie de prendre durant notre chasse ? Je te laisse décider de ce que nous ferons, toi et moi. Qu’est-ce qui te ferait plaisir, là, tout de suite ?

Je fus étonnée, Daeron, l'Alpha de ma meute, d'un grand courage, me laissait choisir moi, une petite louve qui n'était dans la meute que depuis quelque mois. J'avais du mal à le croire pourtant, non, je ne rêvais pas. Je releva la tête et dis, pleine de joie:

- J'aimerai aussi les prendre en chasse, si ça ne vous dérange pas bien-sûr, Alpha ! J'aime bien courir et j'ai une assez bonne endurance.

Je regardais Daeron, relevais la tête et souris en attendant son choix, fière qu'il veuille bien de moi à ses côté pour cette chasse et qu'il m'ait laisser choisir notre place.
Revenir en haut Aller en bas
Iseult

Suis-moi je te fuis.
Fuis-moi je te suis. ♥

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 200
Date d'inscription : 06/06/2013
Age : 20
Localisation : Tu sauras pas !

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Ven 19 Juil - 13:31

Daeron se retourna pour me jeter un bref coup d’œil. Son expression était neutre, mais la colère monta en moi. Mes babines se retroussèrent malgré moi sur mes crocs. Je me détournais, les poils hérissés, inspirant profondément pour tenter de me calmer. C’était plus fort que moi : à chaque fois que je le voyais, j’avais envie de lui sauter à la gorge.

« Bonjour à tous. »

Je sautais littéralement sur place en entendant cette nouvelle voix. Le timbre, discret et léger, m’était familier. Saëna ? Oui, c’était bien elle. Je me détendis, soulagée. Avant de sursauter à nouveau lorsque Daeron se redressa. Décidément, le manque de sommeil ne me réussissait pas.

« Bienvenue à toutes. Ombra, je pense que nous allons maintenant donner leurs places à nos semblables, pour que la chasse se passe au mieux. Senza Memoria poursuivra les bêtes pour les pousser jusqu’à Museau Cendré qui les prendra par surprise et les abattra. Saëna, Iseult, quelle place souhaitez-vous prendre ? Et toi, Ombra ? »

Il me laissait choisir ma place ? Comme c’était gentil. Un sourire sarcastique se dessina sur mon visage. Cette chasse était une bonne idée, tout compte fait. Il suffisait d’un élan à l’instinct de survie développé, d’un coup de bois, et il n’y avait plus d’Alpha… Je clignais férocement des yeux pour chasser cette pensée. J’étais loyale à ma meute ; sans Daeron, il n’y avait plus de meute. Je devais le protéger pour protéger cette tribu que j’aimais. Mais le jour où il ne serait plus nécessaire… Stop. Ravalant le grognement qui montait dans ma gorge, je me tournais vers Saëna.

« Que veux-tu faire, cousine ? »

Le soleil couchant ensanglantait la fourrure blanche de Saëna. La tête droite, le regard altier, elle paraissait étonnamment… dangereuse. Royale. Comme lors de chacune des fois où j’avais repensé à son passé, la jalousie, la peine et l’amour enserrèrent ma gorge. Notre destin était identique à bien des vues : nous étions des princesses et nous aurions dû hériter du trône de nos parents. Mais elle avait choisi de n’en rien faire. Même si je ne comprenais pas ce choix, je le respectais. Tout en songeant que moi, je n’avais pas eu cette chance.


Dernière édition par Iseult le Sam 20 Juil - 12:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daeron

♫ Administratrice.

avatar


Avertissements :
0 / 30 / 3

Messages : 245
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 24
Localisation : Dans ton pire cauchemar

MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs ) Dim 25 Aoû - 22:06

Bonsoir à tous! Petit up pour l'évent des Bleus!

Je rapelle l'ordre qu'il serait pratique de respecter pour ne pas s'emmêler les pinceaux et permettre à tout le monde de pouvoir faire interagir son loup:
Ombra => Vanille => Daeron => Museau Cendré => Senza Mémoria => Iseult => Saëna => et tout nouveau saphir est le bienvenu, évidemment!

Pour le moment nous attendons Ombra.

Bonne soirée à tous!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs )

Revenir en haut Aller en bas

La Chasse est Ouverte! ( pour tous les saphirs )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» de la lecture pour tous !
» [MISSION] Les rebelles de la forêt : La chasse est ouverte !
» [RP DERIVE] Tous pour un, un pour tous
» La cuisine pour tous les gouts
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Temporal :: Archives RP-